Les gens du voyage se replient vers Kerlédan

Le roi et les vagabonds

Le coup de gueule d'une citoyenne face au sort réservé aux gens du voyage.

Le télégramme de Brest du 06/09/2008 publie page 18 dans l'édition Carhaix un article intitulé : "Gens du Voyage. Sans eau ni électricité depuis hier" Il y est mentionné que les fluides ont été coupés aux voyageurs deux
fois, à Kérampuil où ils avaient été autorisés à séjourner, et à Kerlédan ensuite, aire d'accueil habituelle, le jour où ils s'y sont repliés, se branchant eux-mêmes aux compteurs coupés.

  Le schéma départemental du Finistère prévoit une nouvelle aire sur cette commune  depuis au moins  trois ans  car l'ancienne n'est plus aux normes.La commune de Carhaix est repérée pour avoir été dans le passé un exemple souvent cité de conformité et de tradition d'accueil sur sa communauté d'agglomérations, puisqu'elle a été une des premières à proposer une aire de grand passage d'été, avant Brest ou Quimper.


Ceci est antécédent à l'élection du maire actuel, Christian Troadec, connu hors des limites bretonnes pour sa défense énergique du maintien des services de l'hôpital local qu'il a obtenu non sans la mobilisation sans faille de toute la population du Centre-Bretagne en juillet dernier
et de plusieurs syndicats et partis  politiques, dont la LCR, l'UDB et les Verts. Or,
que
lisons-nous ?

Le maire, qui a l'habitude des vieilles charrues, ne trouve aucun sol pour y planter ses socs quand il s'agit de se mettre en conformité avec la loi BESSON, datant pourtant de 1990, remaniée 2000, dotant la commune, qui en a donc l'obligation puisque dépassant les 5000
habitants, d'une aire d'accueil digne de ce nom.

Et voilà le vieux serpent de mer de la mauvaise cohabitation avec le voisinage qui ressort du canal de Nantes à Brest, cette chimère qui fait couler presque toutes les municipalités qui ont "osé" créer un terrain d'accueil!

Pour info, sur l'hexagone n'ont été réalisés qu'environ 30% des travaux prescrits par la loi, or, à ce jour aucune condamnation ne se profile, ajoutant au laxisme, c'est même l'Etat qui prolonge de 2 ans le délai d'instruction des demandes de subventions par les communes qui auraient
des velléités subites de mises aux normes ...

Monsieur le Maire aurait-il un sens social à deux vitesses, un livre de chevet nommé "le Prince" de Machiavel pour estimer qu'il y a deux manières de combattre : l'une avec les lois, l'autre avec la force" ?

Il est inadmissible que la semaine de rentrée des classes, alors que des enfants d'itinérants sont inscrits dans les établissements scolaires de la commune, ils soient obligés de circuler.

Il est inadmissible que des Voyageurs habitués de toujours à séjourner sur la commune, ayant au cimetière les caveaux de leurs défunts, soient éjectés des lieux qui leur sont légalement dus, par la coupure des moyens minimum de survie que sont l'eau et l'électricité.

Couper l'eau sur un terrain public, cela veut dire "crève!" Il est inadmissible que des voyageurs, nés dans cette chère maternité qu'il a si âprement défendue, soit repoussés aux confins d'autres
territorialités, parce qu’il a dit "je le veux !"

S'il y a un rassemblement de caravanes sur la place exigüe de la Mairie, où serez-vous, monsieur Le Maire, sur l'estrade, comme au bon vieux temps, ou derrière les vitres fumées de votre bureau ?
Une citoyenne.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :