Caravane des mal logés, sans domicile, des locataires, des expulsés,....

lundi 13 octobre 2008, par Fédération


Départ de la Caravane contre la crise du logement et pour le droit au logement : le 14 octobre de la communauté Emmaüs de Lescar / Pau. pour Hendaye-Irun. Villes étapes : Bayonne, Dax, Bordeaux, La Rochelle, Nantes, Tours, Orléans, Poissy et arrivée et manifestation à Paris le 26 octobre.

• Sans abris le plus souvent méprisés, maintenus à la rue, et réprimés
• hébergé(e)s provisoires et bientôt à la rue,
• mal-logés malades de vivre dans des taudis avec leurs enfants
• menacé d’expulsion sans relogement et de tout perdre,
• locataires ou accédants à la propriété étranglés par la cherté du logement,
• jeunes, salariés, chômeurs ou étudiants en galère de logement,
• locataires de HLM menacés de démolition, de déplacement forcé, de vente,
• demandeurs de logement social et de la loi DALO en attente et sans espoir,
• habitants d’habitat mobile, précaire ou choisi harcelés par les institutions,
• citoyens biens logés mais solidaires des exploités et des exclus du logement.
Tous ensemble, allons à Paris interpeller le gouvernement

• Pour que le droit au logement soit un droit réel et non plus une fiction,
• Pour qu’il soit rendu obligatoire d’accueillir décemment toute personnes à la rue,
• Pour que la loi de réquisition soit appliquée en urgence et partout où c’est nécessaire,
• Pour que les expulsions soient suspendues jusqu’au relogement
• Pour que l’Etat finance massivement le logement social, au lieu des bailleurs privés et des nantis,
• Pour que les loyers et les charges soient baissées, et que la spéculation immobilière soit jugulée afin que le logement redevienne accessible à tous !
• Pour l’arrêt des opérations de « démolition épuration sociale » des quartiers populaires HLM et dans les centres villes,
• Pour cesser, avant qu’il ne soit trop tard , la privatisation du livret A et, dans les HLM, la vente, les attaques contre le statut locatif et la dérégulation des loyers,
• Pour que l’habitat choisi, l’habitat coopératif, et l’habitat écologique soient encouragés au lieu d’être réprimés, ou freinés,
• Pour que soit mis fin aux coupure d’énergie, d’eau et de téléphone,
• pour les ménages modestes, vulnérables, les chômeurs, les précaires,
• Pour que les exclus du logement soient traités dignement, avec respect, avec des solutions qui apportent des réponses correspondant à leur attente, et que soit mis fin à la politique répressive qui s’est abattue,
• Pour dénoncer et manifester contre le projet de loi régressif de Mme Boutin.
Le logement : c’est la crise !

La crise du logement ne cesse de s’étendre. Les loyers flambent, l’immobilier et le foncier sont devenus inaccessibles, frappés par une spéculation, qui a gagné tout le pays, même les campagnes. Elle est la conséquence des politiques du « logement cher » conduites ces dernières années, renforcée par la précarisation de l’emploi et l’aggravation des inégalités :
• les expulsions forcées sont en hausse.
• le nombre de précaires, de sans abris, de jeunes ou de familles en difficulté augmente.
• les locataires ou les accédants à la propriété consacrent une part de plus en plus élevée de leur revenu pour payer loyers, traites et charges,
• les formes d’habitat que l’on croyait révolues tels les bidonvilles, le camping à l’année, les taudis, et autres modes de logement précaire sont en plein essor.
• de nouveaux modes d’exploitation telles la location contre des prestation en nature ou des rapports sexuels apparaissent.
• les structures d’hébergement sont engorgées, tandis que le placement des enfants, ou la location de chambres d’hôtel sont un recours toujours plus fréquent pour les services sociaux.
• des réformes régressives se succèdent qui menacent les fondement du logement social (démolition, vente, dérégulation des loyers, privatisation du livret A…)
• les plus vulnérables sont frappées de plein fouet : handicapés, mères isolées, personnes âgées, migrants, chômeurs, travailleurs pauvres, jeunes.

Ils aggravent la crise et répriment les victimes

Où sont les promesses de Mme Boutin et Mr Sarkozy de renforcer le Droit au logement ? La loi DALO (droit au logement opposable) n’est qu’un mirage aux alouettes. Au lieu de cela, le Livret A qui finance le logement social a été privatisé, une loi régressive sur le logement est en préparation pour octobre : Elle va rogner un peu plus les droits des sans logis, des mal-logés, des locataires, le droit au logement des précaires et des modestes. Les loi DALO et SRU seront vidées en partie de leur contenu. 40.000 HLM devront être vendus chaque année et livrés aux lois du marché. Le surendettement et le logement cher seront encouragés... Pendant ce temps la répression se renforce et s’abat sur tout ceux et celles qui osent relever la tête pour vivre dignement, pour créer des alternatives, pour sortir de l’exclusion et la misère imposée : le tribunal, les amendes, les condamnations, le harcèlement et les violences policières, l’expulsion, le refus d’hébergement…

Le logement est un Droit !

Le Droit au logement est appliqué dans plusieurs pays européens, et reconnu dans de nombreux textes internationaux ratifiés par la France qui a été condamnée en juin par le Conseil de l’Europe pour sa politique du logement désastreuse. Le logement est vital pour se reposer, se soigner, avoir un emploi, aimer, grandir, apprendre, être heureux, vivre tout simplement.
Il est temps de se réveiller et d’agir tous ensemble !!!


Le site du DAL : http://www.dalfr.org/spip/spip.php?article198
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :