Wikileaks : le soldat Manning devant le tribunal militaire pour avoir dit la vérité

Publié le par Carland

Manning-530x386.jpgBradley Manning est ce jeune soldat qui aurait fourni les fameux câbles diplomatiques à Wikileaks. Il est en prison depuis 18 mois dans des conditions indignes, et passe ce vendredi devant le tribunal militaire avant, éventuellement, la cour martiale.

Le cas Manning divise profondément. Les autorités voient en lui un traitre, l’armée l’accuse de "collusion avec l'ennemi", "diffusion de renseignements militaires", "publication sur internet de renseignements en sachant qu'ils seront accessibles à l'ennemi" ainsi que "fraude et violation du règlement militaire". Et pour cela, il risque la prison à vie.

Mais beaucoup d’autres voient en lui un jeune intellectuel homosexuel, profondément blessé par la loi du silence au sein de l’armée américaine, et qui a tout voulu dévoiler au grand jour. « Don’t ask don’t  tell », une règle qui oblige les gays à taire leur orientation sexuelle, sous peine de devoir quitter l'armée. Analyste militaire, trop souvent raillé par ses « camarades », il s’est petit à petit identifié aux Afghans et Irakiens subissant la violente occupation américaine : "en partie car il ressent lui-même les mêmes choses, en tant que membre d'une minorité injustement traitée au sein de l'armée américaine et de la société américaine en général", explique un responsable de son comité de soutien.

En juillet 2010, Bradley Manning a été inculpé de huit chefs d'inculpation criminels et de quatre violations du règlement militaire. Il est resté plusieurs mois à la prison de Quantico, dans des conditions indignes, en isolement carcéral maximum, où il a passé des mois assis nu dans le noir. Sans parler des humiliations où les gardiens le faisaient parader nu. Après avoir été placé sous surveillance par crainte qu’il tente de se suicider, et que des protestations se soient élevées du monde entier, Manning a été transféré. Il est aujourd’hui dans des conditions de détention plus normales.

La question de l'impact pour la sécurité nationale américaine des documents livrés par Manning à Wikileaks sera au cœur de l'audience. Problème pour la défense, la majorité de la cinquantaine de témoins réclamés a été rejetée par le gouvernement, avant que le tribunal ne puisse statuer. Notamment Hilary Clinton et Barack Obama (témoin n°36), accusés par la défense d’avoir, en sa position de chef des armées, exercé une "influence illégale de commandement".   L’un des principaux enjeux des jours à venir pour Manning va être d’être jugé au civil, et non devant la cour martiale. L'audience devrait durer cinq jours.

Source : http://www.humanite.fr/monde/wikileaks-le-soldat-manning-devant-le-tribunal-militaire-486141

Publié dans Censure

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article