Spézet : Le Crédit Agricole fixe ses conditions : 7000 euros pour... le maintien d'un DAB !!!

Publié le par Carland

Avec les banques on est jamais déçu mais là le Crédit patates fait fort, très fort Dans les années 80, 90 ils ont imposé des cartes bancaires même à ceux qui n'en voulaient pas. Pour leur bien évidemment.

Et maintenant, ils veulent soutirer 7000 euros à une petite commune comme Spézet !

Si on réfléchit bien. Comment ferait une banque dont les clients plierait leur carte bancaire et venaient tranquillement, paisiblement mais obstinément retirer 5 euros, 10 euros... Ce serait un joyeux bordel. Et pour cause, ils n'ont plus le personnel pour celà.

Ils ne sont même plus organisé pour recevoir leurs clients décemment. Au moment ou ils fixent à 7000 euros le prix du racket qu'ils veulent imposer à la commune de Spézet. Lorsqu'ils prennent en otage ceux qui ne peuvent pas se déplacer. Une petite expérience du retour à une époque pas si lointaine ou l'on faisait ses opérations bancaires au guichet les feraient réfléchir vite. Très vite même !!!

Carland


Article du télégramme

Une quarantaine de Spézetois s'est à nouveau réunie, hier matin, devant l'agence du Crédit Agricole de Carhaix, pour protester contre la fermeture programmée du distributeur automatique de billets (DAB) de Spézet.

«Il y a quinze jours, on nous avait promis un rendez-vousavec Jack Bouin et Jean LeVourc'h, directeur et président du Crédit Agricole du Finistère. Il n'a toujours pas eu lieu, on vient donc dire qu'on n'a pas oublié», expliquait ainsi l'un des membres du comité de défense des services de proximité spézetois, Jean-Yves Laurens. Pour souligner leur mécontentement, les manifestants ont déployé une vaste banderole dans la grand-rue, au niveau de l'agence. Avec un message clair: «Crédit Agricole, fossoyeur de la vie rurale». Une nouvelle fois, le rassemblement se voulait bon enfant. Le ton est malgré tout monté lorsque le groupe a investi le hall de l'agence carhaisienne, pour y entamer une bruyante gavotte. Une délégation a toutefois été reçue par la direction de l'établissement.

«Plus rien à négocier»

À leur sortie, ses membres ne cachaient pas leur déception. «M.Corson, directeur centre Finistère du Crédit Agricole, nous a fait comprendre qu'on n'obtiendrait pas la réunion que nous demandons, et qu'il n'y avait plus rien à négocier. On aurait peut-être simplement un délai jusqu'à la fin de l'été». Le Crédit Agricole reste donc sur sa proposition de partager les frais du DAB avec la commune de Spézet, qui devrait alors s'acquitter de 7.000€ par an. «On va probablement organiser un conseil municipal extraordinaire pour évoquer la question», précise Philippe Guillemot, élu à Spézet. «Mais je vois mal les conseillers spézetois accepter que l'argent public finance l'activité d'une banque». En attendant, les Spézetois promettent de revenir à Carhaix, dès samedi prochain, 10h, pour présenter une création de théâtre de rue. Son titre: «Le grand DAB, ou le procès de la ruralité».

Source : http://letelegramme.com/local/finistere-sud/chateaulin-carhaix/carhaix/dab-de-spezet-pas-de-nouvelles-avancees-12-06-2011-1333456.php

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article