Santé solidaire et accès aux soins : Le CISS, un leurre pour la défense des droits des malades ?

Publié le par Carland

CP Act Up Sud-ouest : 20 novembre 2009


Refus de soins, dépassements d’honoraires, accès aux soins, santé solidaire : sur tous ces points, le CISS (Collectif Interassociatif Sur la Santé) se mobilise  pour défendre les droits des usagers du système de soins. On ne peut qu’encourager cet engagement. Malheureusement, au-delà du discours affiché, beaucoup de questions demeurent,  surtout suite au positionnement du CISS en soutien du projet de loi Hôpital, Patients, Santé et Territoire (HPST).

Après la mise en ligne de la consultation sur « la santé solidaire en danger ? », Christian Saout, le président du CISS, intervient aujourd’hui dans le cadre d’un colloque à Toulouse, sur le rôle des associations de malades dans l’accès aux soins. Nous apprécierions que Christian Saout nous explique sa définition de l’accès aux soins et de la santé solidaire. Car lors des débats sur le projet HPST, le CISS a choisi de soutenir le texte dans son ensemble, et a apporté à la Ministre de la Santé la caution des associations de malades ; cette loi remet pourtant en cause les notions de service public et de l’accès aux soins pour tous et toutes tels que définis par les textes fondateurs de la sécurité sociale.

Comment peut-on se proclamer défenseur de l’accès aux soins lorsque l’on approuve la fermeture des hôpitaux de proximité au prétexte qu’ils sont « inadaptés et dangereux » sans prendre en compte l’assèchement des moyens auquel ces établissements sont soumis ?

Comment peut-on se proclamer défenseur de la santé solidaire lorsqu’on approuve une loi qui va gérer les territoires de santé et les hôpitaux publics comme autant  d’entreprises priorisant l’économie sur la santé et la solidarité?

Comment peut-on parler de démocratie sanitaire lorsqu’on approuve le fait que les Agences Régionales Sanitaires (ARS) et les hôpitaux puissent être dirigés par « un patron » dont la mission est d’appliquer les directives d’un gouvernement qui n’a pour but que de faire de la santé une marchandise ?

Comment peut-on se dire défenseur de l’assurance maladie solidaire lorsqu’on approuve une loi mettant en concurrence l’hôpital public avec les cliniques privées lucratives, au détriment du service public et de l’accès aux soins pour tous et toutes et surtout pour les plus démunis?

Aujourd’hui le CISS semble se réveiller et se vouloir un réel défenseur de notre système de santé solidaire. Mais pour devenir crédible, le CISS doit répondre aux questions portant sur le positionnement en faveur de la loi HPST.

 

Contact presse : Guy MOLINIER : 06 18 41 20 99

 

Plus d'infos sur le CISS et notamment son financement ici

Publié dans Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article