Salah Hamouri... 1962 jours

Publié le par Carland

tshirt_salah.jpgCela fait aujourd’hui, mercredi 28 juillet 2010, 1 962 jours que Salah Hamouri est en prison en Israël. Il n’a commis aucun crime, aucun délit. Il a écopé de 7 ans de prison pour une « intention » supposée. Une « intention »… C’est un tribunal militaire israélien d’occupation qui l’a condamné à cette lourde peine, lui qui n’avait que 20 ans à l’époque. Un tribunal militaire d’occupation : le contraire d’un Etat de droit.

8 ans de prison, c’est la peine de prison décidée pour soldat israélien qui a abattu, d’une balle en plein front, un jeune pacifiste britannique de 22 ans. Il sera libéré, par une décision de « remise de peine », prise par une « Commission militaire » ad hoc, dans un mois. Il n’aura effectué que 6 ans et demi de prison pour un meurtre. Il n’a présenté aucune excuse ou regret. Non, il sera libre car c’est un militaire israélien.

Grâce aux efforts multiples et divers de tous, Madame Denise Hamouri a enfin été reçue par le principal conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy, Jean-David Levitte. Mais toujours pas par le Président qui ne prononce jamais son nom. Jamais.

C’est totalement insupportable et c’est cela qui explique notre ténacité et notre obstination : nous voulons la justice et donc la libération de Salah. Il a été mis en prison pour des raisons uniquement politiques. Il en sortira par la politique à condition qu’au sommet de l’Etat on agisse avec fermeté vers les autorités israéliennes. C’est peu dire que nous n’avons aucune preuve qu’il en est ainsi. Pourtant les contacts sont nombreux entre le Président et Netanyahu.

Sa libération étant suspendue à des initiatives politiques marquantes et adaptées de la France, il nous faut redoubler d’efforts car « là-haut » on pense nous décourager devant leur silence et nous démobiliser.

Ils nous connaissent mal : les droits de l’homme ne sont pas négociables ni à géométrie variable. Ils sont à défendre partout ou bien ils ne sont pas. Ce n’est donc pas fini. Notre combat pour la justice ne se terminera qu’une fois Salah sera libéré. Avant les 7 ans requis.

Que donc se multiplient les initiatives pour expliquer la situation de Salah. Et exiger sa libération. Que de nos voix multiples et nombreuses nous portions cette exigence et cela deviendra politiquement « intenable » pour l’Elysée.

Liberté pour Salah Hamouri !

Source : http://salah-hamouri.fr/node/209

Publié dans Salah Hamouri

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article