Retraites. Pas de trêve à la Toussaint

Publié le par Carland

Face à la réforme des retraites, les syndicats, relayés par les manifestations quotidiennes, continuent de faire bloc. Alors que le Sénat tentait d'accélerer le vote, deux journées d'action ont été annoncéespour les 28 octobre et 6novembre.

>> Les dernières images de la mobilisation en Bretagne et en France [VIDEOS]

«Fortes du soutien des salariés, des jeunes et d'une majorité de la population et face à une attitude intransigeante du gouvernement et du chef de l'État, les organisations syndicales décident de continuer et d'élargir la mobilisation», a indiqué hier un communiqué intersyndical auquel se joignait au final l'organisation la plus modérée, la CFE-CGC (LeTélégramme d'hier). Le 28octobre, septième rendez-vous depuis la rentrée, sera une «journée nationale de grèves et de manifestations» et le 6novembre «une journée de mobilisation avant la promulgation de la loi par le chef de l'État». L'Union nationale lycéenne (UNL) a aussi appelé à des actions lors de ces deux journées. Lycéens et étudiants ont maintenu la pression hier en manifestant partout en France alors que le Sénat décidait d'accélérer les débats en optant pour le «vote unique», sur les seuls amendements retenus par le gouvernement. Le PS, ainsi que des élus de gauche, des Verts et du Modem, ont dénoncé ce choix de vote unique le taxant de «coup de force» et de «déni de démocratie». Martine Aubry a mis en avant la pratique du «coup de force permanent» de Nicolas Sarkozy. Toujours confronté aux difficultés d'approvisionnement en carburant à la veille des départs en vacances, le gouvernement a pour objectif de parvenir à un vote avant le week-end. Une réunion sur la distribution de carburant est prévue aujourd'hui à Matignon. Selon l'Union française des industries pétrolières (Ufip), l'alimentation des stations-service va prendre «plusieurs jours». Dénonçant les grèves et les actions de blocages ainsi que les violences à Lyon, Nicolas Sarkozy a jugé qu'«on n'a pas le droit de prendre en otage des gens qui n'y sont pour rien, dans leur vie quotidienne» et prévenu: «C'est pas les casseurs qui auront le dernier mot». 266 personnes ont été interpellées en marge des manifestations.

Les jeunes de nouveau mobilisés

Les jeunes étaient encore nombreux dans la rue. Ils étaient ainsi entre 4.000 et 15.000, selon les sources, à Paris, entre 3.500 et 5.000 à Bordeaux, entre 750 et plus de 2.000 à Lille et plusieurs centaines à défiler à Nantes, à Evry, à Brest, à Marseille entre autres. En outre, 312 lycées étaient perturbés soit 7,25%, selon l'Éducation nationale. L'UNL et la Fidl recensaient 1.300 lycées perturbés, dont 700 à 900 bloqués. Le recteur de l'académie de Rennes, Alain Miossec, a mis en garde les parents d'élèves alors que des mouvements lycéens se poursuivent dans plusieurs établissements, indiquant que la responsabilité parentale peut être «engagée à l'occasion de dégradations commises à l'intérieur de l'enceinte scolaire». Entre 7 et 14 universités ou établissements de l'enseignement supérieur étaient perturbés, sur un total de 83 universités, et quatre à cinq établissements fermés administrativement.

Deux Français sur trois favorables au mouvement

Selon un sondage BVA pour Canal+hier, en dépit des perturbations, plus de deux Français sur trois continuent de soutenir la mobilisation. Avec un soutien quasiment unanime chez les sympathisants de gauche (92%) mais réunissant aussi un tiers (32%) de ceux de droite.

Source : http://letelegramme.com/ig/generales/fait-du-jour/retraites-pas-de-treve-a-la-toussaint-reagissez-22-10-2010-1090801.php

Publié dans Retraites

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article