Retraites. La permanence du député Ménard envahie

Publié le par Carland

1051719 8182975-chajouretraite-20100916-c130a

Hier vers 13h, une trentaine d'opposants à la réforme des retraites a envahi la permanence du député Christian Ménard.

Hier, tandis que les députés devaient adopter la réforme très contestée des retraites, syndicats et partis de gauche avaient appelé leurs sympathisants à manifester, un peu partout en France, qui devant le Palais Bourbon, qui devant la permanence d'un député, d'un sénateur ou d'un élu de l'UMP. À Châteaulin, une trentaine de représentants de l'intersyndicale départementale (CGT, CFDT, CFE-CGC, UNSA, FSU, CFTC, Solidaires), des collectifs Avenir des retraites de Châteaulin-Crozon et Carhaix ainsi que des adhérents du Front de gauche, du NPA, du PC et du PS s'étaient donné rendez-vous à la permanence du député Christian Ménard. Après avoir ralenti la circulation des véhicules descendant de la gare pour distribuer des tracts, le groupe a investi les locaux du député qui, pour cause de vote à l'Assemblée, était à Paris. Son attaché et sa secrétaire parlementaire, Emmanuel Guille des Buttes et Marie-Jo Haggerty, qui n'avaient pas fermé la porte aux manifestants, auraient néanmoins préféré un «comité plus restreint». Les opposants, très remontés contre cette réforme «scélérate», ne l'entendant pas de cette oreille, sont tous montés à l'étage du bâtiment, au numéro2 de la rue Amiral-Bauguen, qui abrite les locaux du député. 

Une lettre transmise à Christian Ménard 

Après avoir tenu des propos très vifs à l'encontre de Christian Ménard, qu'il qualifie de «champion de la non-défense des citoyens», le groupe a remis une lettre ouverte à l'attaché et à la secrétaire parlementaire du député, lesquels se sont engagés à la transmettre «immédiatement» à Christian Ménard. Une longue lettre qui, en résumé, soutient quele projet de loi de réforme des retraites «fait reposer l'essentiel de l'effort sur les salariés, ne répond ni aux questions d'emploi, en particulier des jeunes et des seniors, ni à la résorption des inégalités ni au besoin de financement». Les signataires concluent en affirmant qu'il est «inacceptable queles salariés doivent payer la facture de la crise financière et économique dont ils ne sont pas responsables». 

«On continuera à descendre dans la rue»

Les opposants, qui n'ont pas grand espoir que leurs voix soient entendues, ne comptent pas en rester là. «Même si la loi est votée, on continuera à descendre dans la rue pour accompagner cette révolte populaire», prévient un facteur qui ne se voit pas pédaler dans les côtes avec sa sacoche pleine de courrier, passé la soixantaine. Le 23septembre, prochaine journée nationale de grèves et de manifestations, c'est sûr, il sera dans la rue. Sans son vélo.

  • Loïc L'Haridon

Source : http://www.letelegramme.com/local/finistere-sud/chateaulin-carhaix/chateaulin/retraites-la-permanence-du-depute-menard-envahie-16-09-2010-1051719.php?xtmc=menard%20retraite&xtcr=1

 

Publié dans Retraites

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article