Répète si t’es un homme !

Publié le par Carland

breveon1141-88caf.jpg

Toujours l’été, la sieste, la plage. Passons le relais à Beaumarchais et à ce plagiaire de Stendhal, en vacances en Sarkozie :

« Pourvu que je ne parle en mes écrits ni de l’autorité, ni du culte, ni de la politique, ni de la morale, ni des gens en place, ni des corps en crédit, ni de l’opéra, ni des autres spectacles, ni de personne qui tienne à quelque chose, je puis tout imprimer librement sous l’inspection de deux ou trois censeurs » (Beaumarchais).

« Pourvu qu’on ne plaisantât ni de Dieu, ni des prêtres, ni du roi, ni des gens en place, ni des artistes protégés par la cour, ni de tout ce qui est établi, pourvu qu’on ne dît du bien ni de Béranger, ni des journaux de l’opposition, ni de Voltaire, ni de Rousseau, ni de tout ce qui permet un peu de franc-parler ; pourvu qu’on ne parlât jamais de politique, on pouvait raisonner librement de tout » (Stendhal).

Téophraste R. (pour legrandsoir.info).

21 juillet 2010

Publié dans Censure

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article