Qui a tué Wissam ?

Publié le par Carland

Wissam, trente ans, est mort ce lundi  9 janvier. Il avait croisé la police qui l'avait interpellé dans la nuit du 31 décembre. Direction l'hôpital sans passer par la case commissariat, il était dans le coma.

Il n'a pas survécu à son "interpellation" musclée. Les "policiers" qui ont arrêté sa vie vont bien eux. Ils n'ont même pas été suspendus de leurs "fonctions". La police de Sarkozy baigne en pleine impunité.

Wissam n'est pas mort des suites d'une énième bavure. Sa mort est la conséquence d'une politique. Une politique menée par Sarkozy depuis 2002, mise en musique par Guéant. Une politique destinée à obéir aux désidératas du Fhaine et de ses satellites. Une politique destinée à diviser le prolétariat par la vieille méthode du bouc émissaire.

L'extrême droite au service des rentiers et des financiers mène le bal sous couvert de combattre une insécurité fantasmée que le Fhaine est ses amis de l'UMP ont créé en précarisant l'ensemble du prolétariat. La casse des acquis sociaux, le chômage organisé, les discours de haine complaisamment relayé par les médias au mains de leur amis milliardaires.

Non, la mort de Wissan ne doit rien au hasard, pas plus qu'elle n'est la conséquence d'une interpellation mouvementée. Elle est la conséquence des efforts des lepen et consorts d'ériger l'insécurité sociale en solution pour protéger les intérêts de classe de l'oligarchie au pouvoir.

Oui Wissan est la dernière victime à ce jour d'une guerre qui ne dit pas son nom. Une guerre des 1% contre les 99%. Une guerre de classe qu'ils mènent en utilisant tous les moyens de l'état : contrôle social via Pôle Emploi ou la CAF...; criminalisation des mouvements sociaux; criminalisation de la pauvreté et de la précarité.

Si ce sont des policiers qui ont tué Wissan, les commanditaires sont bien au chaud qui au gouvernement, qui au siège du Fhaine. Leurs appels incessants à la haine ont été entendus et si ont ne fait rien ils récidiveront. Il en va de leur confort de chiens de gardes bien gras !

Carland

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article