Quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage : Le rapport explosif sur les Hôpitaux de Paris

Publié le par Carland

Tradition bien Française que de produire un "rapport" a charge dès lors que l'on essaie de sauver ce qui peut l'être de l' appétit des groupe privés.

L'hôpital de Carhaix avait été victime de cette méthode qui consiste à essayer de décridibiliser une lutte légitime dans l'opinion publique...

Dégueulasse mais hélas efficace...Salissez, il en restera toujours quelque chose !

Carland



Personnel en surnombre, absentéisme record… La chambre des comptes d’Ile-de-France jette un pavé dans la mare au moment où la réforme de ces établissements de soin est en pleine négociation. Voilà un document qui ne manquera pas de relancer la polémique sur la restructuration de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Sous la pression des personnels et des médecins, qui ont mené une guérilla ces dernières semaines (séquestration de directeurs d’hôpitaux, lobbying auprès des députés…), le directeur de l’AP-HP , Benoît Leclercq, a officiellement suspendu son plan de réorganisation dans l’attente du résultat des discussions avec les syndicats. Or un rapport explosif de la chambre régionale des comptes d’Ile-de-France, programmé depuis 2007, relance la question de la réforme des 37 établissements de l’ AP-HP .

Un inventaire de 55 pages

Non seulement, rappellent les magistrats qui ont eu accès à des données hautement confidentielles, la situation de ces hôpitaux, qui emploient près de 91 000 personnes est bien plus favorable que celle des autres centres hospitaliers universitaires, mais c’est un véritable inventaire des privilèges qui se dessine au fil des 55 pages : jours de RTT, congés maladie records, autonomie totale des praticiens hospitaliers, chefs de service en tête, boudant massivement ces tableaux de service qui permettent de savoir qui travaille. Personne ne semble vraiment piloter ce vaste navire, les effectifs présents l’après-midi sont parfois cinq fois inférieurs à ceux du matin, des équipements essentiels (IRM, scanners) restent trop peu utilisés, et, en moyenne, on procède à 1,7 intervention par jour dans les blocs opératoires, ce qui est très peu. Signe de la gêne occasionnée par ce document, plusieurs médecins contactés n’ont pas souhaité nous répondre. De son côté, le directeur de l’AP-HP estime que « ce rapport démontre que nous avons encore de grandes marges d’amélioration en matière d’organisation ».

La situation financière des hôpitaux s’est « significativement améliorée » depuis 2007, ce qui permet d’« espérer un retour à l’équilibre en 2012 », a estimé hier la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, à l’Assemblée nationale.

Source : http://siteinfosecusante.free.fr/spip.php?article588

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article