Pour Aurore Martin...

Publié le par Carland

denokaurore500
Txomin HEGUY

(Lettre ouverte* au président Nicolas Sarkozy. Inspirée librement de la chanson Le déserteur de Boris Vian.)

 

Monsieur le président
Je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps,
Je viens vous faire part
De ma grosse colère
De mon dégoût amer
De mon coup de cafard.
La justice de France
A contraint une femme
A s’ cacher corps et âme
A se mettr’ en vacances,
Cela pour éviter
De s’ retrouver en taule
Dans un’ geôl’ espagnole
Seul’ ment pour ses idées.
Monsieur le président
J’ai du mal à comprendre
Qu’un parquet puisse rendre
Semblable jugement,
Au nom de quelle raison
D’ Etat, est-ce qu’ell’ écope
Au nom de quelle Europe d’un’ telle décision.
De quel forfait odieux
Aurore est responsable
De quoi est-ell’ coupable
Dites-moi, nom de dieu,
A-t-elle donc commis
Un crim’ à Pampelune
A-t-ell’ volé des tunes
Pour l’ compt’ de son parti.
Monsieur le président
Quel est donc ce mandat d’arrêt
Qui permet de transférer
De jeunes militants,
Naïv’ment, je pensais
Que ce genre de procédé
Existait pour arrêter
Des malfrats, des banquiers.
Je suis européen
Autant que je suis basque
D’un univers sans masque
Je me sens citoyen,
Mais l’ Europ’ des nantis
Je lui crach’ au visage
Je lui tourne la page
Et je la répudie.
Monsieur le président
Pardonnez mon outrance
De cette jeun’ engeance
Solidair’ je me sens,
Vous ne pouvez donc pas
Arrêter sans vergogne
Envoyer tous les cognes
Mettre un pays au pas.
On n’ met pas en prison
Des idées pacifiques
Des partis politiques
Des Martin, des Marion,
Alors, je vous supplie,
Arrêtez le scandale
La machin’ infernale
Cessez la parodie.

*Libre de droits pour publication ou interprétation.

Publié dans Coups de gueules

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article