Marché au cadran : le cour du chômeur en baisse !

Publié le par Carland

Sous le titre « Quimper. « Une tombola pour trouver un emploi », le télégramme nous raconte une histoire qui doit ravir Hubert Coudurier son très à droite patron.

« S'autodésigner comme le gros lot d'une tombola peut prêter à sourire. Mais en lançant cette opération, Bruno Hervé ne poursuit qu'un seul but: décrocher un emploi! ». Dès la première phrase, tout est dit et même le pire est sous entendu comme normalité.

« Il dit ne pas compter sur Pôle Emploi et a préféré confier sa gestion de carrière au cabinet de recrutement Ozvan, de Quimper ». C’est de plus le client parfait pour la propagande ultra libérale puisqu’au passage le « bon client » se paye Pôle Emploi et fait de la publicité gratuite pour une officine qui comme les sangsue fait crever la bête Pôle Emploi en râlant de ne pouvoir lui sucer plus de sang plus vite.

Cet article évite soigneusement de poser les questions qui fâchent pour n’être finalement qu’une ode a la précarité et a la soumission. Mais la madone du MEDEF, Parisot n’a-t-elle pas expliqué que « la vie est précaire pourquoi le travail ne le serait pas » 

Il ne sera pas dit dans l’article qu’un homme qui s’auto désigne comme lot d’une tombola est qu’un homme qui s’avilit pour le plus grand bonheur du patronat. Que sous couvert de démarche amusante voire ludique se cache un pas de plus vers la soumission volontaire de l’ensemble du salariat aux règles du marché dont ils deviennent à l’instar d’un boulon un simple rouage utilisable et jetable à merci. La prostitution existe depuis la nuit des temps. Doit on pour autant la glorifier comme le fait le télégramme ?

Rien ne sera dit non plus de la casse du service public de l’emploi. Rien ne sera dit de la désorganisation mise en œuvre au travers de la fusion Assédic-Anpe pour aboutir au monstre Pôle Emploi. Manque de moyens soigneusement entrenu. Personnel débordé et mal formé. Recours aux CDD… Humiliations et brimades pour les chômeurs au travers d’un fonctionnement kafkaïen mais efficace au possible pour attendrir la viande et la rendre malléable au point d’accepter n’importe quel sous-emploi quitte à perdre sa dignité. Vivre dignement n’est plus à l’ordre du jour.

Cracher sur Pôle Emploi, valoriser une démarche qui relève de la prostitution et faire passer tout ceci comme la NORME… Une inversion des valeurs qui fait de l’homme une marchandise comme une autre et consacre les patrons de droit divin.

Pour les bestiaux, il y a le marché au cadran ou les animaux sont vendus aux enchères au cours du jour. On y est !

Carland

Publié dans Chômage & précarité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article