Merciservicepublic.com, les petits soldats anonymes de la réformance

Publié le par Carland

Didier Kala, mardi 12 janvier 2010    

Lancé en décembre 2009, au moment des grèves sur le RER A, le site Démocratiquement Participatif™ Merciservicepublic.com est une plateforme qui permet aux citoyens de relever, avec sévérité mais avec justice, tous les petits travers qui font du service public français une bête mourante à abattre.

Selon son fondateur, Merciservicepublic.com « vous permet de pousser un petit coup de gueule chaque fois que vous perdez du temps à cause d’un service public donné ».

Une démarche résolument novatrice et brave, qui prend d’emblée le parti de laisser éclater la vérité sans faire jouer aucun piston ni copinage (par exemple en contactant le médiateur de l’institution concernée).
Cette procédure dématérialisée met par ailleurs les usagers mécontents à l’abri des éventuelles mesures de rétorsion de la mafia des fonctionnaires, ce qui constitue un avantage notable par rapport au troquet du coin, où l’on sait bien qu’elle boit du matin au soir, la mafia des fonctionnaires.

Le procédé est simple et totalement anonyme : l’utilisateur du site choisit un pseudonyme, dénonce un service public, indique le temps que ce dernier lui a fait indûment perdre, et rajoute un petit commentaire exutoire.
Il est possible à tout un chacun de créer un compte personnalisé, qui lui permettra de voir en un clin d’œil combien de son précieux temps le service public lui a fait perdre, et surtout de retrouver rapidement ses coups de gueules passés.
Ceux-ci lui permettront de jouer au bingo à chaque promesse de réforme du président Sarkozy, et de choisir avec simplicité, mais efficacité, son candidat aux prochaines échéances électorales.

Plutôt que de s’attaquer à la seule institution à l’origine des frustrations de l’équipe fondatrice, Merciservicepublic.com a courageusement choisi d’asperger le service public dans son entier d’ire citoyenne.
Car ce qui est visé ici, ce n’est pas tel bureau de poste ou telle antenne de commissariat de police, pas telle ligne SNCF ou tel enseignant de petite école (« ne nommez personne directement », précise bien la charte), pour lesquels les usagers pourraient hypothétiquement [1] ressentir de l’empathie une fois les conditions de travail exposées, mais bien l’hydre morbide du service public.
Ce sont les usagers du site qui font ici œuvre de service public, en mettant en exergue les dysfonctionnements d’un système dans lequel la rentabilité n’est que portion négligeable.

Une rentabilité qui n’est réellement possible que sous les conditions du secteur privé [2] : le temps de ceux qui le perdent à écrire des commentaires sur internet est de l’argent, et ils espèrent bien en avoir pour le leur !

 

PNG - 20.7 koAttention, les gauchistes infiltrent déjà le site !

A ce titre, Merciservicepublic.com constitue un apport militant de poids à la bourse de théorisation de la réformance qu’est l’UMP. Il est au parti présidentiel ce que le Betar est au CRIF : le bras modeste mais armé, version special ops, d’un bidon à idées fulgurantes.
Nous ne saurons jamais assez les remercier d’oser ainsi poser leurs testicules sur la table pour nourrir l’espoir d’une France plus efficace.

Notes

[1] Et avec beaucoup d’alcool.

[2] Offre soumise à acceptation de votre ligne de train ou bureau de poste par le service financier. Pour une rentabilité monétaire avérée de 12% ou plus à l’horizon 180 jours. Certaines exceptions s’appliquent aux loquedus. Crédit possible contre dépôt d’une couille. Voir conditions spéciales en magasin.


Source : http://bravepatrie.com/societe/merciservicepublic-com-les-petits,1488

Publié dans Humour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article