Mélenchon n'aime pas les précaires qui pensent par eux mêmes !

Publié le par Carland

Ainsi donc, le père Mémé à décidé de se payer le site bellaciao. Org. Ainsi donc,  il qualifie Bellaciao de site répugnant. Ainsi donc monsieur Mélenchon décide de faire la police de la pensée à la gauche de la gauche. Tout cela en utiisant un coup de gueule plus que justifié sur l'utilisation des précaires par des politiques de "gauche". Censuré sur son site qui ne reçois que les louanges faites au gourou, je me dois cependant de lui répondre !

On pourrait en rire après tout, un ancien du PS, Trente ans de Sénatoriat admirateur de Mittérand, l’assassin de mes rêves de gamin. Le dit Mélenchon ex ministre de Jospin le sérial privatiseur de sinistre mémoire qui sévit de 1997 à 2002… Or donc, le Mélenchon en question ex de la bande Jospin s’en prend avec la fougue et la manière qu’on lui connaît au seul site (à ma connaissance) qui laisse la parole aux anonymes et aux sans grades dont je suis.

Le fait est, que Mélenchon n’est pas connu pour la finesse de ces analyses, pas plus qu’il n’est connu pour le respect de la liberté d’expression. Quand même, on aurait légitimement pensé que le nouveau patron du PC -puisque de fait il l’est- ce serait gardé de son défaut tout Mittérandien de vouloir contrôler la voix du populo. Pense tu, toute honte bue, il fait donner les chiens.

Bien sûr, Mélenchon n’est pas un imbécile, il se trompe volontairement de cible. Il fait semblant de méconnaître les règles de modération du site bellaciao. Il accuse donc le collectif bellaciao d’un attaque à coup de pelle et de pioche visant sa précieuse personne. Il n’hésite pas à crier au complot contre sa pauvre personne ourdit par ce collectif qu’il connaît bien mieux que moi.

Rien ne vaut pour exister quand on est rien qu’un sombre complot fomenté par je cite le sénateur par « des petits bourgeois » Sic. Petits bourgeois qui seraient les Ténardiers d’un site Stalinien et autres lèpres destinées à choquer et motiver ses lecteurs admirateurs béats et en attente toujours renouvelée de sa prose certes mensongère en ce cas. Grossièrement mensongère en plus. Il connaît les règle de la communication l’ancien, il les pratique avec assiduité à défaut de talent, allant même jusqu'à apprendre leur métier à de jeunes journalistes. Risque qu’il ne prendra pas avec les retors médiatocrates qu’il fustige tout en les respectant.

Reprenons simplement le fil des évènements sans se préoccuper des aigreurs de ce malheureux sénateur. Remettons les au niveau qui convient. Celui de la liberté encore autorisée même par le cardinal de Guéant, ministre de l’intérieur Français et accessoirement Israélien.

Pendant que nos amis militants se faisaient qui brutalisés gentiment au check-point de Paris ou d’ailleurs en Europe (ce qui démontre une expansion assez rapide des frontière de l’état fasciste Israélien), ceux qui avaient réussi à atterrir à Ben Gourion se voyaient purement et simplement soustrait à leur plus élémentaire droits à la liberté par les « autorités » Israéliennes et ce en violation de tous les droits humains. Il est vrai que de maintenir 1 500 000 personnes en une prison à ciel ouvert appelée PALESTINE autorise aussi certaines libertés vis-à-vis de personnes se revendiquant pacifistes et amis des prisonniers.

Cette parenthèse pour dire les priorités que n’a pas mon ami sénateur. Pendant que l’état Israélien étend son emprise dans les aéroports Européens, le sénateur a une urgence : faire taire toute voix discordantes à gauche. Chacun ses urgences me dira t’on ! Et même au prix de la calomnie et du mensonge ? Sont ce des valeurs de gauche ?

Parce que le sénateur dans sa diatribe se permet les mensonges les plus puants, les amalgames les plus douteux. Il n’hésite pas à utiliser le coup de colère d’un homme seul, précaire qui plus est pour non pour parler précarité, mais bien attaquer ceux qui ont permis à ce précaire de dire sa colère. Se voir utilisé par un sénateur pour faire taire les autres quand soit même on perd le droit à la parole, c’est dur, c’est violent. Instrumentalisé, c’est pire !!!

Le précaire doit rester silencieux. Normal, il doit avoir honte aussi et franchement un ? Si il est précaire c’est bien de sa faute pas vrai ? Pas question de lui laisser la parole ; Il a encore le droit de vote, il n’a qu’a voter pour nous ce déclassé !

Pas de chance pour le sieur Mélenchon, le texte qui lui a servi de prétexte pour essayer de fermer sa gueule au site bellaciao a été écrit par un précaire révolté de voir la secrétaire à la précarité du PG, Leïla Chaibi se faire gratuitement le relais d’une entreprise commerciale (MK2) débordée mais pas près d’embaucher. C’est vrai que pourquoi faire suffit de demander au secrétariat au PRECARIAT du PdG, il te trouve le gauchiste avec le look et tout et tout !

Alors mon petit Jean Luc, je vais t’apprendre une chose que tu as oublié depuis longtemps. Une chose qui ne s’apprend pas en ayant fait ses classes dans un groupuscule gauchiste comme toi. Je vais te parler d’une vie que tu ne connais pas. La mienne qui n’est pas la pire puisque j’ai encore la force de n’avoir pas peur de toi et des tes sbires.

Cette chose s’appelle la fierté, d’autres diront l’orgueil, d’autres diraient la liberté, d’autres comme moi diraient que ce n’est pas en votant pour toi que tous ceux qui comme moi ne savent pas de quoi demain sera fait que l’on se sortira  les doigts du cul.

Bref mon cher très tres couteux Jean Luc, continue donc de nous salir nous les pauvres. Ton discours de vielle bourgeoise du 19 ème siècle ça fait trente ans que je le subis. Jusqu'à présent c’était ma famille et mon entourage. Le fait est que tu es candidat à la présidentielle de 2012. Quand ma famille et mon entourage me crache à la gueule je m’en cogne. Quand c’est un prétendant aux élections qui prétend me représenter et qui est un menteur, s’essuie les pieds sur moi je ne l’accepte pas !

A ne pas te croiser en vrai cher Jean Luc, je ne suis pas jeune journaliste !

Carland

Publié dans Coups de gueules

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article