Mélenchon, Beffa et Dassault : Trois hommes pour une collaboration de classe au FdG

Publié le par Carland

Il a des amis dans l'amiante. Pas des ouvriers, non lui son pote c'est Beffa l'ancien grand patron de Saint Gobain. Il a des amis parmi les marchands d'armes et pas n'importe lequel Serge Dassault. Il combinazione avec lui les places au sénat.
Cette pâle copie de Mitterand qui veut nous faire croire qu'il a changé après trente ans de collaboration n'est qu'un imposteur.
Mélenchon : Un bon petit soldat du capitalisme le plus abject et le plus brutal. De ce capitalisme qui tue !
Finalement il y a bien des gens que Mélenchon ne peut pas blairer : les ouvriers, les chômeurs, les retraités, les précaires, bref tous ceux qui ne sont pas de sa classe sociale.
Le FdG de Mélenchon n'est que la continuation de la collaboration de classe !!!
Carland

Serge Dassault, en novembre 2010. Photo Bernard Langlois/AFP

Serge Dassault, en novembre 2010. Photo Bernard Langlois/AFP

Ce ne sont que quelques pages mais elles interpellent le lecteur. Elles parlent de  "l'amitié" de Jean-Luc Mélenchon et de Serge Dassault. Une "sympathie" entre celui qui est devenu le candidat de la gauche radicale à la présidentielle et l'industriel millionnaire ? C'est ce que décrivent Lilian Alemagna et Stéphane Alliès, les auteurs de Mélenchon, le Plébéien, une biographie du député européen sortie lundi 23 janvier*.

Jean-Luc Mélenchon a fait une grande partie de sa carrière politique en Essonne dont il fut sénateur de 1986 à 2010. Serge Dassault, maire de Corbeil-Essonne de 1995 à 2009, est également sénateur depuis 2004. Les deux élus du département se sont donc notamment retrouvés sur les bancs du Palais du Luxembourg. "Du point de vue personnel, il [Jean-Luc Mélenchon] assume très bien sa sympathie pour l'avionneur et richissime patron de presse français", écrivent les deux auteurs, journalistes à Libération et à Mediapart, qui soulignent "un mélange de passion pour l'aéronautique", de "respect pour une famille d'industriels", mais aussi "un intérêt politique pour un voisin essonnien".

"Je ne suis pas ami avec Serge Dassault, répond M. Mélenchon, interrogé par Le Monde.fr. Je ne sors pas avec lui, je ne suis jamais allé au cinéma avec lui, je ne prends pas mes vacances avec lui. Je connais des centaines de gens avec qui je blague. (...) C'est une tradition républicaine : je suis capable de ça et de grandes prises de bec. Qu'est-ce qu'il y a de mal ? Dassault, je l'ai combattu à toutes les élections municipales !"

"BOLCHEVIQUE" CONTRE "SUPPOT DU CAPITALISME"

Il n'empêche. Les auteurs racontent notamment comment, pour les sénatoriales de 2004, Jean-Luc Mélenchon a manoeuvré pour faire élire le troisième de sa liste, le communiste Bernard Vera, tout en favorisant au passage l'élection de Serge Dassault, candidat sur une liste dissidente de droite. "Pour que ma liste fasse trois, il fallait que lui ne descende pas de trop : la seule chose que j'ai faite, c'est un débat avec M. Dassault où il m'a sauté à la gorge, décrit aujourd'hui M. Mélenchon. Il m'a traité de bolchévique et moi de suppôt du capitalisme."

Les auteurs précisent que ce débat a eu lieu dans les pages du Républicain de l'Essonne, un hebdomadaire qui appartient à l'industriel depuis 2001. Marianne Louis, première fédérale PS de l'époque, dévoile dans le livre sa version des dessous de l'entretien, alors que la liste de Dassault est mal partie. "On appelle alors son cabinet pour leur proposer de 'repolariser un peu cette affaire'. (...) Dix minutes après, un journaliste du Républicain nous rappelait : 'Et si on faisait un débat Mélénchon-Dassault ?' Jean-Luc l'a joué 'couteau entre les dents' pour bien faire remonter son principal adversaire." Les trois candidats – MM. Mélenchon, Dassault, et Vera – sont élus.

"GRAND INDUSTRIEL"

Autre épisode rapporté dans Le Plébéien : quelques mois plus tard, toujours en 2004, se pose la question de la compatibilité du mandat de Serge Dassault au Sénat avec ses activités industrielles bénéficiant des commandes de l'Etat. Une réunion du bureau du Sénat se tient à ce sujet et les sénateurs présents votent à la quasi-unanimité la saisine du Conseil constitutionnel.

Les auteurs affirment que M. Mélenchon, lui, s'abstiendra. S'il n'y a là rien de répréhensible, la bienveillance du futur candidat du Front de gauche envers M. Dassault interroge. "J'ai battu Dassault à plat de couture, c'est le point de départ, se défend M. Mélenchon. Ensuite, la question de son éligibilité a été posée. Moi, j'ai dit : 'je ne ne veux pas donner l'impression que je veux terminer à coups de pieds quelqu'un que je viens de battre dans les urnes'", justifie-t-il au Monde.

Si l'ancien sénateur socialiste s'emporte contre "l'ennemi politique", il finit cependant par adresser des louanges à l'industriel. "Dassault est un adversaire politique total mais c'est aussi un grand industriel. Il ne faut pas se laisser aller à la caricature : la boîte Dassault Système a produit le grand logiciel de l'industrie. C'est pas Word le grand logiciel de l'industrie, c'est Catia et c'est un logiciel français. Et Dassault a donné le logiciel Catia pour les lycées professionnels, il faut le savoir", finit par lâcher l'ancien ministre de l'enseignement professionnel.

Raphaëlle Besse Desmoulières

*Mélenchon, le Plébéien, Lilian Alemagna et Stéphane Alliès, Robert Laffont, 371 pages, 20 euros.

Source : http://gauche.blog.lemonde.fr/2012/01/23/ladmiration-de-melenchon-pour-dassault-ce-grand-industriel/

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article