Médecins scolaires. « Seule pour 10 000 élèves »

Publié le par Carland

Marie-Christine Veneau, médecin, secrétaire générale du syndicat Smeden-FO, couvre 43 établissements scolaires dans le Val-de-Marne.

«J’exerce à l’éducation nationale depuis une trentaine d’années et j’ai assisté à une profonde dégradation de la situation. En 1998, j’assurais le suivi de 4 000 élèves, ce qui était déjà pas mal. Aujourd’hui, le nombre est passé à 10 000 pour un secteur qui couvre 43 établissements scolaires...

Impossible de faire un suivi de chacun de ces enfants. Au quotidien, je suis vampirisée par les appels au secours et obligée, malheureusement, de ne gérer que l’urgence en privilégiant les cas les plus graves. Pour qui a une conscience professionnelle, ce tri est insupportable. La situation est tellement dégradée que l’on ne peut même plus effectuer les bilans obligatoires imposés par la loi. Avant, je voyais tous les enfants en classe de troisième, maintenant c’est fini. Quant aux maternelles, si je parviens à effectuer 10 % des bilans des enfants de 6 ans, c’est le bout du monde !

C’est d’autant plus dramatique que cette prévention dès la petite enfance est fondamentale pour dépister des maladies chroniques ou des problèmes d’apprentissage liés à la dyslexie, la dyspraxie ou des troubles sensoriels. Plus on tarde à poser un diagnostic, plus l’enfant sera esquinté et confronté à de graves retards.

Notre rôle d’interface entre les familles, l’hôpital et l’école est incontournable dans la compréhension de l’échec scolaire. Il est malheureux que le ministre ne s’en rende pas compte. Ajouter une heure de soutien scolaire, comme il le préconise, ne sert à rien si on ne connaît pas les raisons des difficultés d’un enfant... »

Propos recueillis par L. M.

Source : http://humanite.fr/08_11_2010-m%C3%A9decins-scolaires-%C2%AB%C2%A0seule-pour-10%C2%A0000-%C3%A9l%C3%A8ves%C2%A0%C2%BB-457395

Publié dans Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article