Marche des Fiertés Lesbiennes Gay Bi et Trans (Gay Pride). Samedi 12 Juin 2010 à Rennes

Publié le par Carland

Elle partira à 14h du centre-ville. Rassemblement Esplanade Charles de Gaulle (métro De Gaulle), passera par la mairie, pour se terminer en fin d’après-midi au parc du Thabor où se tiendra un village associatif.

Rennes a été la première ville de Bretagne à organiser une « gay pride ». C’était en 1994. L’an passé, l’évènement a rassemblé plus de 2000 personnes, doublant largement sa fréquentation habituelle et devenant un évènement marquant de la vie rennaise.

Cet évènement est organisé par un collectif mené par le Centre Gay Lesbien Bi et Trans de Rennes. Il est composé d’associations, de commerçants, de simples bénévoles qui sont déjà à pied-d’œuvre depuis décembre pour préparer cette édition 2010. Il s’agit d’un évènement à la fois militant et festif.

Nous ne sommes pas tous d’accord, nous ne vivons pas notre vie de la même façon. Certains peuvent vivre leur vie au grand jour, d’autres, et ce malgré les apparentes évolutions sociétales, doivent cacher leur identité et leurs préférences. Ce qui nous réunit ce jour là, c’est notre volonté d’œuvrer pour que chacun et chacune soit fier(e) de ce qu’il ou elle est, et qu’il ou elle soit respecté(e) quelque soit son sexe, son orientation sexuelle ou son identité de genre.

Nous n’avons pas honte de ce que nous sommes, nous ne souhaitons pas nous cacher et nous pensons qu’il est bon de le rappeler, non par communautarisme, mais pour aller dans le sens universel de la Déclaration de l’Homme et du Citoyen qui postule que nous devons toutes et tous être libres et égaux en droits et en dignité.

Le collectif d’organisation de la Marche des Fiertés LGBT

fiertes-be4ff.jpg

NOTE : Comme chaque année, les marches des Fiertés LGBT (ex Gay-Pride ) sont l'occasion de se mobiliser autour des questions d'oppression LGBTI ( oppressions spécifiques et oppressions croisées, violences, homophobie d'État, etc...)

Dans un contexte où les "kiss-in" organisés en France contre l'homophobie sont prétextes à de fortes mobilisations de l'extrême droite et où les agressions physiques et les répressions d'état contre les personnes LGBTI (ou présumées comme telles) continuent, la présence et l'implication du NPA est, plus que jamais, nécessaire dans ces mobilisations.

Source : http://www.chaltauliberalisme.blogspot.com/

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article