Lobby de l' agro bizness, algues vertes : Porc. Les dessous d'une bataille

Publié le par Carland

arton4309-a0ad2L'amendement du député costarmoricain Marc Le Fur sur les élevages porcins sera-t-il adopté aujourd'hui ou demain par les députés ? Seule certitude : le texte a relancé la guerre du cochon dans la campagne bretonne. Que propose vraiment Marc Le Fur ? Qui est derrière lui ?

Que dit l'amendementde Marc Le Fur ?

L'amendement présenté par le Costarmoricain Marc Le Fur et cosigné par le Finistérien Jacques LeGuen et plusieurs autres députés UMP propose de relever les seuils à partir desquels les élevages doivent demander une autorisation. Pour les porcs, ce seuil passerait de 450 à 2.000 places. But du jeu: raccourcir les délais d'instruction des dossiers en permettant à tous les projets de créations ou d'extension jusqu'à 2.000 places de cochons de passer au régime d'une simple déclaration. Plus besoin donc pour les élevages de moins de 160 truies de porter le dossier sur la place publique ni de réaliser d'étude d'impact sur l'environnement. L'élevage moyen en Bretagne compte 170 truies.

Qui est vraiment à l'origine du texte ?

C'est le lobby de la filière porcine (éleveurs, industriels) qui en a pris l'initiative. Le texte a le soutien du syndicalisme agricole majoritaire. Mettant en avant les distorsions de concurrence avec les autres bassins de production européens, le monde porcin breton a saisi l'opportunité du vote de la loi de modernisation de l'agriculture pour faire passer sa revendication. Derrière ce dossier, on trouve l'UGPVB, l'union des groupements de producteurs de viande en Bretagne. Cette organisation a mis ses juristes au travail. C'est l'UGPVB qui a sollicité Marc le Fur pour porter l'amendement devant des parlementaires. Un texte qui semble juridiquement mal préparé aux yeux de certains. L'amendement a été ajouté à la loi de modernisation agricole contre l'avis de Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture, un peu gêné aux entournures dans cette affaire. Jacques Crolais, le directeur de l'UGPVB, est un adhérent de l'UMP, proche du député costarmoricain. A noter que Marc Le Fur est élu de la circonscription de Lamballe-Loudéac. Lamballe est la ville où se trouve le siège de la Cooperl-Arcatlantique, le numéro un français du cochon avec six millions de porcs abattus et transformés dans ses abattoirs salaisons.

Pourquoi cet amendement ?

Les éleveurs bretons dans leur ensemble réclament depuis de longues années une simplification des formalités administratives auxquelles ils sont soumis. Les producteurs de porc sont en première ligne mais ils ne sont pas les seuls à s'en plaindre. Les éleveurs de volaille et de bovins aussi. Au fil des années les réglementations environnementales se sont empilées, rendant les procédures de mise aux normes complexes et interminables. Aujourd'hui dans les Côtes-d'Armor 700 dossiers sont en souffrance dans les tiroirs de l'administration. Les éleveurs de porc sont d'autant plus déterminés à réduire les délais d'instruction qu'ils ont un autre fer au feu: la mise aux normes sur le bien-être animal. Au 1erjanvier 2013, ils devront libérer leurs truies gestantes aujourd'hui bloquées dans des stalles.

Marc Le Fur est-il suivi ?

Il est clair que son texte divise au sein même de l'UMP. Et qu'il est mal perçu par le gouvernement, dans un contexte de détricotage des mesures du Grenelle de l'Environnement.

Voir ici la pétition

Source : http://letelegramme.com/ig/generales/fait-du-jour/porc-les-dessous-d-une-bataille-reagissez-30-06-2010-973161.php

Publié dans Ecologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Joëlle 05/07/2010 15:49



http://www.internationalnews.fr/article-bretagne-le-prix-fort-des-algues-vertes-videos-52627403.html


 


C'est vraiment lamentable ! Nous fesons suivre la pétition à un maximum de contacts...