Liberation.fr : Les handicapés et les jeunes en colère contre les coupes annoncées par Baroin

Publié le par Carland

Les handicapés et les jeunes en colère contre les coupes annoncées par Baroin

Par LIBÉRATION.FR

Alors que s’ouvre cet après-midi à l’Assemblée le débat sur la préparation du budget 2011, le ministre du Budget François Baroin annonce une baisse des aides, dans une interview publiée mardi par le quotidien les Echos.

Réactions enflammées des associations et syndicats qui accusent le gouvernement de trahir ses « promesses » en matière de politique sociale. Revue des principales mesures et critiques.

L’aide au logement étudiant Annonce : « Nous supprimons la possibilité donnée aux étudiants et à leurs parents de cumuler l’aide personnalisée au logement et la demi-part fiscale pour enfant à charge. Il faudra choisir entre l’une et l’autre », a également annoncé François Baroin.

Réactions : « Déjà privées d’allocations familiales, ces familles doivent-elles, en plus, être privées du quotient familial ? », s’indigne l’Union des familles en Europe, association de jeunes parents. « Comme si les enfants logés en chambre d’étudiant n’étaient pas à charge de leurs parents ! » Un exemple : Une famille de trois enfants, dont un étudiant, disposant de 3.500 euros de revenus par mois, devra « payer 1.334 euros d’impôt au lieu de 747 € en plus, pour un niveau de vie qui a baissé de 20 % ! ».

C’est « une véritable provocation », a réagi de son côté le syndicat étudiant Unef qui promet une rentrée universitaire « offensive et combative ». Selon le syndicat, « plus de 700.000 étudiants bénéficient aujourd’hui des aides au logement. Et la demi-part fiscale étudiante représente une dépense de 1,1 milliard » d’euros. « Les étudiants issus de la classe moyenne vont être les plus touchés : ils ne bénéficient d’aucune bourse et les aides au logement représentent leur seul soutien financier de l’Etat ».

Dans un communiqué, le Mét (ex-Uni) affirme également que les étudiants des classes moyennes seront « pénalisés » et demande au gouvernement de « surseoir à cette décision ».

L’aide aux handicapés Annonce : Concernant l’aide aux handicapés, il confirme que l’allocation « sera bien augmentée de 25% mais en six ans au lieu de cinq ». « Elle sera revalorisée de 3% l’an prochain au lieu des 4,5% prévus », a-t-il ajouté.

Réactions : Les personnes handicapées tentent « déjà de survivre avec une allocation adulte handicapée (AAH) dont le montant actuel est largement inférieur au seuil de pauvreté, soit 696,63 € par mois », dénonce la Fnath, l’association de défense des handicapés qui rappelle les dernières atteintes : « les franchises médicales, les déremboursements de médicaments, la hausse du forfait journalier hospitalier ».

A lire : un éclairage sur LibéToulouse

« Décider que c’est encore les populations les plus fragiles et les plus exclues qui devront faire les frais de restrictions budgétaires supplémentaires constituerait une injustice sociale inacceptable », rappelle la Fnath.

L’Association des Paralysés de France (APF) abonde dans le même sens, considérant qu’« il est aujourd’hui lamentable de constater que le président de la République et le gouvernement ne tiennent pas parole et qu’une fois de plus, on taxe les personnes les plus fragilisées ».

L’emploi des salariés à domicile Annonce : « L’aide à domicile fait l’objet de deux avantages, l’un social et l’autre fiscal. Nous ne souhaitons pas toucher spécifiquement à la réduction d’impôt. Mais nous allons supprimer l’abattement de 15 points sur les exonérations sociales, proposé aux ménages qui déclarent leur employé au salaire réel », a déclaré le ministre Baroin. Economie escomptée : 300 millions d’euros annuels.

Les contrats aidés François Baroin a enfin indiqué que « le nombre d’emplois aidés va passer de 400.000 à 340.000 l’an prochain. Nous allons progressivement réduire le taux de subvention de l’Etat. Dès cette année la part de salaire payée par l’état sera ramenée de 90% à 80% ce qui est encore très élevé ».

Baisse de la TVA dans la restauration

Interrogé sur la baisse de TVA dans la restauration, François Baroin a déclaré qu’il n’y toucherait pas pour le moment. « Ce n’est pas d’actualité, car il faut un minimum de stabilité. Cette mesure est récente. Cela dit, pour le ministre du Budget que je suis, cette TVA réduite reste une très grosse niche fiscale. A terme, il faudrait certainement créer un taux intermédiaire, proche de 10 %, mais rien ne sera fait avant la prochaine élection présidentielle. »

A défaut, il entend supprimer dès 2011 l’exonération de charges sociales pour le restaurateur sur les repas pris par leurs employés sur le lieu de travail. « Une économie de 150 millions d’euros pour les comptes sociaux », a estimé le ministre.

Source : http://siteinfosecusante.free.fr/spip.php?article851

 

Publié dans Social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article