Les solutions de la dernière chance pour l'ADMR

Publié le par Carland

Le président de la fédération du Finistère rencontre tous les représentants des ADMR (1) locales, cette semaine. Il explique les solutions qu'il tente de mettre en place pour éviter la cessation de paiement.

Entretien

Yves Derrien, président de la fédération ADMR du Finistère.

Depuis lundi, vous recevez l'ensemble des représentants des associations ADMR du département, à Châteaulin. Les entretiens s'échelonneront jusqu'à vendredi. Quel est leur objet, exactement ?

Notre situation est la suivante : la procédure de sauvegarde, mise en place en 2009, a été levée le 7 décembre 2010. Cela rend exigible les dettes de la fédération autour du 20-22 janvier de cette année. Comme nous n'avons pas l'argent pour les rembourser, il nous faut trouver des solutions rapidement. Il y a 87 associations dans le Finistère. Je les reçois cette semaine par groupe de quatre ou cinq, avec un vice-président et le responsable de la comptabilité de la fédération, pour leur expliquer leurs situations financières respectives. Et puis nous cherchons ensemble des solutions pour convenir d'un échéancier, structure par structure.

Comment se répartissent ces dettes ?

La fédération a des dettes envers certaines associations. Mais plus de 50 % des associations locales ont aussi des dettes envers la fédération. Sur l'ensemble du réseau, il y a 5,5 millions d'euros de déficit, sur près de 70 millions de chiffre d'affaires (3,5 millions en 2009, 1,7 million en 2010). La situation tend donc vers le retour à l'équilibre. Mais cela ne se fera pas tout seul.

Quelles solutions préconisez-vous ?

Nous leur proposons, par exemple, de mettre en place des échéanciers de remboursement sur quatre ou cinq ans pour les plus petites sommes, sur huit à dix ans pour les plus importantes. Après nous avoir rencontrés, les associations doivent réunir leurs conseils d'administration respectifs pour qu'ils décident, ou non, d'un échéancier de remboursement.

Comment ont réagi les cinquante associations que vous avez rencontrées depuis lundi ?

Globalement, elles sont à l'écoute. Elles cherchent à sauver le réseau et demandent des explications. Mais quelques-unes émettent des réticences.

Qu'est-ce qui coince ?

Certaines associations, qui ont un prix de revient de leurs prestations inférieur aux sommes allouées par les financeurs (le conseil général, entre autres), hésitent à partager leur léger excédent avec les associations qui ont un coût de revient supérieur à ce qu'elles perçoivent. C'est pourtant l'une des solutions pour que chaque association locale retrouve un produit suffisant pour pouvoir tourner. Avant, il y avait bien un système de péréquation pour répartir les excédents...

Que se passera-t-il si les échéanciers de remboursement que vous parviendrez à conclure ne suffisent pas ?

La fédération serait placée en cessation de paiement. S'en suivrait un redressement judiciaire avec la nomination d'un administrateur judiciaire. Il serait chargé de recouvrer des créances. Mais j'ai bon espoir que l'on n'en arrive pas là.

 

Recueilli parNicolas YQUEL

Source : http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Les-solutions-de-la-derniere-chance-pour-l-ADMR-_40734-1652887------29024-aud_actu.Htm

Publié dans ADMR 29

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article