Le CMB, une banque à qui parler expulsion

Publié le par Carland

Les banquiers nous expulsent, exproprions les banquiers.
Au moment ou nos valeureux politiciens nous concoctent le renflouement des casinos bancaires avec l’argent des contribuables. On aurait pu penser que laisser les actionnaires et les rentiers assumer leur conneries, histoire de les voir se rendre compte par eux même des effets dévastateur de la politique de l’amnésique de l’Elysée qui s’est mit en mode 2006 et radote quasi au mot près son discours de la campagne électorale d’il y a 5 ans. Un disque rayé !
Au moment ou le chômage continue de monter inexorablement avec l’aval de la sarkosye en goguette. Au moment ou le nombre de dossiers de sur endettement explosent, je vais m’intéresser aux expulsions elles aussi de plus en plus nombreuses sous les paillettes de la Sarkomédie médiatique en toc.
Pourquoi les expulsions en particulier ? Ben, c’est assez simple, je suis directement visé. Une banque, le CMB/Arkéa a décidé de me faire expulser manu militari de chez moi. A cet effet, je suis convoqué devant le TGI de Brest le 12 octobre 2011 et j’ai décidé de tenir le journal de cette expulsion programmée.
Ce qui me frappe c’est que depuis près de trois ans, je n’ai pas osé (ou si peu) en parler. La culpabilité ne vous lâche pas. Jour après jour elle vous liquéfie la cervelle la culpabilité… et la banque sait entretenir cette culpabilité.
C’est d’ailleurs son meilleur atout. On se sent forcément coupable. Oui mais de quoi au final ? D’avoir obéis aux injonctions de votre « conseiller » ou plutôt de lui avoir obéi aveuglément comme ce fut mon cas ? Hélas oui c’est la force des institutions bancaire que d’inspirer la crainte. Et puis il y a aussi la peur du qu’en dira t’on, la peur de la réaction des amis et de la famille. Car si le nombre d’expulsions ne cesse d’augmenter. L’omerta est toujours de mise et la banque sait vous rappeler discrètement et bien entendu officieusement que « vaut mieux la fermer ! »
Et bien non ! Je ne me tairais pas, je vais même faire strictement l’inverse. Pour échapper au silence qui tue. Pour ne pas laisser le CMB me dépouiller discrètement. Pour tous ceux aussi qui n’ont pas la chance que j’ai de m’exprimer (les fautes sont offertes !) et de renvoyer sa culpabilité à la gueule de la banque. Si au CMB, on ne sait pas ce que sont les morpions. Ils vont devoir apprendre que même tout petit, ça ne lâche pas et que ça démange énormément.
Je vais tenir le journal des évènements à venir, des coups tordus déjà arrivés et ceux à venir, des procédures judiciaires et leurs conséquences. Les acteurs : du banquier à l’huissier en passant par le sous préfet et la justice.
Un regard personnel et forcément subjectif sur une procédure d’expulsion vue et vécue par celui qui en est victime. Celui qui n’a pas d’avocat, huissier ni service juridique à son service. Les mêmes qui la bouche en cœur nous expliquent benoîtement que nous sommes tous égaux devant la justice. Mon cul ouais ! La loi est la loi des rentiers et de certain ancien président absent !
Dans le premier épisode (qui ne tardera pas), je ferai un exposé chiffré de ma situation qui selon moi douchera nombre de gens qui se croient à l’abri des prédateurs bancaires. Ou l’on apprendra comment une banque vous met en toute connaissance de cause en faillite pure et simple.
A suivre....

Carland

Je retranscrit ci dessous un commentaire publié par un contributeur de Bellacio. vous pouvez le lire sur bellaciao (la lecture est plus agréable et claire) en cliquant sur le lien : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article120339#forum455106
Carland, si tu veux, on peut réfléchir à ce que ton action d’autodéfense couillue n’en reste pas à la dénonciation , à l’"indignation " à la Hessel..
Ni non plus aus slogans vengeurs .
En ce moment pour des raisons d’actu, les Banques sont l’objet d’un coup de projecteur que le Capitalisme souhaiterait voir "aveugler" afin de contenir la révolte et l’écoeurement à la stigmatisation d’un "fusible" (ô combien rouage pourri du K) pour mieux occulter le caractère de crise systémique,, globale de cette fin de cycle de l’Histoire des sociétés
.
Partout, on "sent bien" que les Banquiers vont faire" paye"r leurs spéculations sur les "actifs pourris" (on évoque là les créances sur , donc achat departs de dette de la Grece ou l’Italie par exemple) àl ’ETAT capitaliste, complice voyou,..qui pour ce faire entend encore plus nous pressurer !

Basta ya !
Une fois de plus, sans pourtant une appropriation sociale et la maitrise de gestion par réelle mise à l’écart des prédateurs qui veulent notre paeu (et ta piaule) , nous allons payer le renflouent des fonds propres des Banquiers..pour leur assurer une solvabilité rassurant la Bourse :
Alors que la masse des profits de ces capitalistes en particulier aatteint des sommets insultants
Je crois savoir de quoi je parle pour avoir été "mercenaire" "harki" de cette putain de profession ...dont les salariés pourraient jouer un rôle très utile dans des coopérations franco-françaises , type "gagnant-gagnant" avec les PMe , les collectivités-(j’ai rédigé la dessus des tonnes de propositions concrêtes.
Làdessus, j’aurais l’occasion de revenr plus globalementpuisquel’on court à de"fausses nationalisations"...
PROFITONS de l’ACTUALITE.
Peut être que je délire, :
Pourquoi ne pas, au niveau régional et avec les relais de nos réseaux ne pas joindre l’utile (t’aider) à l’agréable :- nous sentir fiers et debouts,unis, face à l’injustice.
Sous une forme à inventer rapidement, ici , sur ton site..relayé par nos blogs un
NON au HOLD up de la CMB" ne peu til pas être organisé ?
Un tract appelant à la solidarité par tous les moyens(pétition , lettres collectives à la Banque,signatures de cleints à la porte !) ) rappelant les faits et dénonçant un comportement provocateur-surtout par les temps qui courent- pourrait être distribué devant la Banque et sur le marché de ton bled(Carhaix non ?)
(Eloigné de chez toi, je peux participer avec mon clavier)
Un espèce de Comité d’action pourrait se constituer
Large, unitaire.
Il ne faut pas se priver de ton Orga mais aussi d’autres -la question par exemple de ce que nous pouvons penser du FDG, de tels syndicats ou assos, faut pas mélanger
Quand les blés sont sous la grêle Fou qui fait le délicat Fou qui songe à ses querelles Au coeur du commun combat
un tract , de prises de positions avec cet engagement humaniste donc révolutionnaire
"Vous n’expulserez pas CARLAND"
Car en "marchand", en élargissant, en isolant la Bête , on gagne au combat ce qui viendront tranquillement comme nous l’avions fait à BEGLES, ville coco ou j’ai eu habité
Interdire aux Huissiers saisies etexpulsions"
Physiquement.. !
Tout cela en mettant FR3, les radios locales, les canards nationaux et leurs correspondants dans le coup.
Courage, cher Carland .
ON peut botter le cul des Banquiers, il suffit de recompter nos pieds et le nombre de posterieurs d’agioteurs qu’il y a en face..
Le compte est bon !
 :))
Je m’autorise à mettre ça sur ton blog, comme simple proposition.
Je t’embrasse
Excuse l’humour lourd et le clin d’oeil, puisque ces sujets ne sont pas tabous pour toi..
On va pas se faire"baiser" par ces..en..foirés !"
La lutte de classes c’est pas FESSE-BOUC, merde !
A.C
NB ta banque c’est bien ce Créditmutuel de Bretagneet ses branches regroupées chez ARKEA ?
Sont pas à la rue !
Et le patron c’est bien DENIS ?
Jean-Pierre Denis, né en 1960 à Brest, est le président du Crédit mutuel de Bretagne et du groupe Crédit mutuel Arkea. Ancien secrétaire général adjoint de l’Élysée au début du premier mandat de Jacques Chirac, il préside depuis septembre 2007 le groupe bancaire Crédit mutuel-Arkéa[1] et la banque en ligne Fortuneo[2]. Rompu aux arcanes du pouvoir et de la haute finance, il eu l’idée d’utiliser le concept de fracture sociale[réf. nécessaire] pour la campagne présidentielle de Jacques Chirac. Il est aussi à l’origine de la création d’Oséo en 2005
On a du biscuit, non ?
.

Publié dans CMB

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article