Le char DASSAULT médiatique écrase un conducteur de train !

Publié le par Carland

Communiqué de presse de la Fédération CGT des Cheminots

"UN TGV ZAPPPE LA GARE DU MANS !
LE CONDUCTEUR DU TRAIN HORS DE CAUSE !
LA GESTION DE LA SNCF INTERPELÉE !

La quasi-totalité des médias a relayé vendredi 12 Février 2010, le fait qu’un TGV Paris Brest n’a pas marqué d’arrêt en gare du Mans, à la grande stupéfaction des voyageurs s’apprêtant à descendre à cette gare.

Cet incident, rarissime et sans conséquence sur la sécurité des personnes soulignons le, a fourni l’occasion à d’aucuns de mettre en cause, sans retenue ni discernement, l’agent de conduite de la SNCF dans des termes confinant au lynchage médiatique. Dans cet exercice, la presse de Monsieur DASSAULT s’est particulièrement distinguée, ce qui n’est pas pour surprendre les cheminots, trop habitués à être stigmatisés et livrés à la vindicte populaire par ce genre de prose.

A partir des éléments en notre possession, nous pouvons affirmer que le conducteur du TGV susvisé N° 8617 n’a professionnellement rien à se reprocher quant au fait qu’il n’ait pas arrêté son train en gare du Mans.

Il a tout simplement appliqué les consignes réglementaires et respecté la « fiche train » inhérente au TGV en question qui ne prévoit pas d’arrêt ce jour là, en gare du Mans.

On doit à la vérité de dire que l’incident du vendredi 12 février 2010 relève d’un dysfonctionnement interne, dont le conducteur du train n’est pas responsable, à savoir qu’il avait été signalé à la hiérarchie le vendredi précédent mais qu’il n’a manifestement pas été pris en compte.

En clair, aucun rectificatif n’est parvenu au conducteur du TGV pas plus à son établissement d’attache !

Comment ne pas rapprocher ce dysfonctionnement des stratégies de restructuration poussées à la hussarde, de façon absurde et incohérente par une direction dogmatique dont les effets fragilisent la chaîne de production !?

La recrudescence d’avaries de matériels, les chutes de caténaires, les ruptures d’alimentation électrique, les défaillances de l’infrastructure qui affectent de plus en plus la circulation des trains et détériorent la qualité de service au quotidien, sont bien les conséquences des politiques de réduction des moyens et de la gestion de la SNCF de plus en plus libérale contre lesquelles se battent et vont continuer de se battre les cheminots !

On ne peut pas supprimer près de 25000 emplois de cheminots en 7 ans sans que la qualité du Service Public, voire le niveau de la sécurité en pâtissent !

La Fédération CGT des Cheminots tient à exprimer toute sa solidarité avec le conducteur du TGV incriminé et à dénoncer le fait que la direction de la SNCF n’ait pas cru bon d’en faire autant, à contrario de l’empressement qu’elle sait manifester pour fustiger, par médias interposés, les pseudos « privilèges » des cheminots et leurs mouvements de grève.

Montreuil, le 16 février 2010"

Source : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article98566

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article