Le chanteur, Brassens et le procureur... (video)

Publié le par Carland

Condamné à 40 heures de TIG et 100 euros, à payer à deux policiers pour avoir chanté Brassens -la chanson du clip ci-dessus - à la fenêtre d’un appartement. Voilà la tuile arrivée à un Rennais jugé par le tribunal correctionnel de Cherbourg.

L’affaire relève à n’en pas douter de la lutte sans merci contre le terrorisme auditif et de la plus extrême urgence à sévir.

« Interpréter cette chanson devant un miroir, pourquoi pas... Devant des policiers, c'est un outrage » voilà ce que le procureur a tenu à rappeler d’une voix ferme au chanteur pas au courant hélas pour lui, des subtilités de nos lois….

Soyons prévenus, chanter chez soit oui, mais en fermant les fenêtres… puisque sur la voie publique peuvent inopinément se balader deux représentants de la farce publique à l’oreille chatouilleuse. Force est restée à la loi et à la justice. L’homme a donc été condamné.

Bien entendu, je ne me hasarderais pas à citer le regretter Michel Audiard. La prudence me commande de me renseigner sur la jurisprudence en matière de citations pertinentes... ou pas

Merci, monsieur Brassens même mort vous continuez de foutre la merde !

Carland

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article