Le cardinal de Guéant aurait orchestré des fuites dans l'affaire Bettencourt

Publié le par Carland

Il aurait validé les fuites dans la presse d'extraits tronqués du procès-verbal d'audition de l'ex-comptable de Liliane Bettencourt.

Libération affirme, lundi 12 juillet, que Claude Gueant a "validé" les fuites des extraits du procès-verbal d'audition de l'ex-comptable de Liliane Bettencourt, un témoin clef dans l'affaire Bettencourt / Woerth, qui ont été publiés jeudi dernier sur les sites du Monde et du Figaro.
Le quotidien répond ainsi à la question posée, samedi, par la députée socialiste Aurélie Filippetti : "A qui profitent les fuites ? Quels en sont les auteurs ou les commanditaires?", se demandait-elle dans un communiqué.

Morceaux choisis de PV

"Alors que cette audition était toujours en cours, on a pu prendre connaissance dans la presse en direct de déclarations 'partielles' ou 'choisies' de Mme Thibout, permettant tout aussi simultanément à l'Elysée et à la majorité d'orchestrer leur communication sur l'affaire", écrivait Aurélie Filippetti dans un communiqué, en indiquant ainsi sur qui portaient ses soupçons.
La veille, l'avocat de l'ex-comptable, Me Antoine Gillot, avait, lui, carrément accusé "M. Hortefeux, le parquet, voire plus haut, l'Elysée" d'avoir "orchestré" les fuites de ces procès-verbaux d'audition "défavorables à sa cliente".
Ce qui lui avait valu d'essuyer la colère de Brice Hortefeux : "De telles allégations sont aussi calomnieuses qu'inacceptables", avait tonné le ministre de l'Intérieur.

Au cours de cette audition, Claire Thibout, l'ex-comptable de l'héritière de L'Oréal, avait démenti le remise à Nicolas Sarkozy "d'enveloppes" en espèces, mais elle avait maintenu ses accusations de soupçons de financement illégal de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Seulement, les premiers extraits du PV de l'audition publiés dans la presse n'avaient trait qu'à la première information, passant sous silence la seconde.

Une intervention "en direct" de Claude Guéant

Or, dans un article publié lundi, Libération croit pouvoir répondre à la question d'Aurélie Filippetti. "Cette intox a été gérée au plus haut niveau, le point culminant étant la validation des fuites par le secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant", affirme le quotidien.

Bien que l'Elysée ait démenti, dimanche, avoir eu "le moindre PV en sa possession", comme le souligne Libé, le quotidien rapporte que dans plusieurs rédactions, on confirme qu'il y a bien eu une "intervention 'en direct'" de Claude Guéant.
Au Figaro, un membre de la rédaction raconte que la publication des extraits a été faite "dans le dos du service société. D'au-dessus", écrit Libé, qui ajoute que dans ce journal, "le nom de Guéant est avancé comme la source probable des fuites".
Le quotidien cite également le journaliste du Monde qui suit l'affaire, Gérard Davet. Ce dernier a déclaré, samedi dans l'émission Arrêt sur images : "Le PV qu’on nous donne, il est vrai, mais il est tronqué. C’est une stratégie élyséenne très précise de communication". Sans pour autant confirmer que les extraits provenaient des services du chef de l'Etat, souligne néanmoins Libération.

(S. H.-L. - Nouvelobs.com)

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/politique/20100712.OBS7017/gueant-aurait-orchestre-des-fuites-dans-l-affaire-bettencourt.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article