Le capitalisme mondialisé c'est ça : L'édifiant destin du Probo Koala, le cargo qui empoisonna Abidjan

Publié le par Carland

le_cargo_de_la_honte_couv.jpgCe fut sans doute la « première catastrophe écologique du XXIe siècle ». Avant de tirer cette conclusion, les auteurs du livre « Le Cargo de la honte, L'effroyable odyssée du Probo Koala » (Stock) ont enquêté pendant quatre ans.

Leur objectif : comprendre comment, en août 2006, un supertanker immatriculé aux îles Marshall, doté d'un équipage ukrainien et affreté par la multinationale Trafigura, a fini par provoquer une grave pollution dans la capitale ivoirienne avec sa cargaison de résidus pétroliers toxiques.

Quatre ans plus tard, un procès s'ouvre à Amsterdam. Mais les vrais responsables dorment tranquilles, tandis que le transport maritime international continue son « business as usual ». Seize morts officiels, cent mille personnes intoxiquées, mais toujours pas de reponsable reconnu par la justice.

« Un roman noir rocambolesque, où tout est vrai »

Charlotte Nithart est experte à l'association Robin des Bois. Des sujets de livres, son travail lui en fournit tous les jours. Elle a eu « besoin de raconter cette histoire-là, parce que c'est un roman noir rocambolesque, où malheureusement tout est vrai ».

Bernard Dussol est grand reporter à Thalassa. Il s'est fait mettre en garde à vue parce qu'il filmait le port d'Abidjan en octobre 2006, a réalisé un reportage dans des conditions de guerre, et rappelle que « la Côte d'Ivoire ce n'est pas rien pour les journalistes, Jean Hélène et Guy-André Kieffer y ont été assassinés. »

Ensemble ils ont reconstitué cette histoire à tiroirs, sous forme de thriller, où la cupidité de grands traders mêlée à la corruption de petits margoulins a rendu possible un drame écologique, économique, politique. C'est en incarnant cette fresque mondiale dans des personnages qu'ils rendent leur récit passionnant.

Le drame du Probo Koala illustre parfaitement l'impossible contrôle du transport maritime. Les tenants de ce commerce utilisent toutes les failles des législations nationales pour faire des affaires et maximiser leur profit. Comme l'explique Bernard Dussol, cela « préfigure ce qu'est un monde dérégulé », et ses conséquences.

La suite sur Rue89

Publié dans Ecologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article