La vie privée de 82 parlementaires.

Publié le par Carland

publié en ligne par ActUp Paris : 18 janvier 2012
  82 parlementaires ont signé un "manifeste pour la défense du droit fondamental de l’enfant d’être accueilli et de s’épanouir dans une famille composée d’un père et d’une mère".

Aussi, nous comprenons bien qu’il est totalement anormal d’autoriser les divorces, dont les conséquences sur le « droit fondamental de l’enfant d’être accueilli et de s’épanouir dans une famille composée d’un père et d’une mère » sont évidentes. Le divorce est une négation de ce droit fondamental.
Ces parlementaires « considèrent que l’Etat et le législateur n’ont pas à ériger en normes ce qui relève de la vie privée et des choix individuels et que, si la République protège la liberté individuelle, elle doit exclure toutes les formes de communautarisme ».
C’est pourquoi il est temps d’abolir le mariage hétérosexuel qui vient ériger en norme l’union d’un homme et d’une femme, alors que cette union, qui certes relève de la liberté individuelle inaliénable, est un communautarisme de deux personnes seulement. Quelle est la crédibilité d’une République qui donne tant d’importance normative à une minorité de deux personnes ?
Pour le respect du droit fondamental de l’enfant et contre le communautarisme il faut une réforme législative de fond : l’abolition du mariage et l’obligation du géniteur et de la génitrice d’un même enfant de vivre ensembles, d’accueillir et d’éduquer le dit enfant.
Le mariage hétérosexuel de « sensibilité chrétienne » est un signe de communautarisme qui relève de la vie privée ; privée de tout regard sur le monde.

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article