La mort d’un salarié coûte 3 750 euros

Publié le par Carland

Une justice du deux poids, deux mesures ?

Par Michel BIANCO

Cynisme et frustration, voilà comment je caractérise le verdict de la cour d’appel d’Aix-en-Provence.

En effet, elle confirme le jugement de première instance du tribunal de Grasse à six mois de prison avec sursis et 3 750 euros d’amende pour le responsable de la « Maintenance de Paris », l’agence TFN (Technique française du nettoyage) de Nice. Ce jugement est le reflet du cynisme et de la banalisation par nos élites politique, économique et médiatique de la mort au travail. La justice ne faisant qu’accompagner cette guerre économique qui justifie deux morts par jour d’accidents du travail dans notre pays. Pour eux, la mort d’un salarié, ça coûte 3 750 euros. Frustration car, dès le début de la procédure, le procureur a orienté son enquête sur deux personnes dont les responsabilités étaient évidentes. Le responsable administratif de Galderma Research & Development, condamné en première instance à quatre mois de prison avec sursis et une amende de 3 750 euros, l’entreprise Galderma étant condamnée, elle, à 10 000 euros d’amende. Ils n’ont pas fait appel. Et le chef de l’agence TFN de Nice, dont la condamnation a été confirmée par la cour d’appel aujourd’hui.

Et pourtant, dès la remise du chantier, tout le monde savait que les garde-corps en étaient absents. En ne menant pas d’investigations en direction des concepteurs du bâtiment et des organismes de contrôle, toute la lumière n’a pas été faite sur les conséquences dramatiques de cette faute.

Enfin, que dire du deux poids, deux mesures, avec d’un côté la condamnation de l’entreprise Galderma et, de l’autre, le fait que la responsabilité morale de la firme TFN, qui emploie 4 500 salariés, n’a jamais été retenue. Elle se trouve ainsi, en tant qu’employeur, exonérée de toute responsabilité dans le décès de mon fils Jérôme. Au final, c’est le dernier engrenage de la hiérarchie, le chef de l’agence de Nice, qui est condamné.

Vous comprendrez ma colère quand j’apprends que, le 24 juin 2009, Franck Julien, PDG de TFN, s’est vu remettre la médaille de l’Ordre national du mérite par M. Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale.

Source : http://www.humanite.fr/2010-03-16_Idees-Tribune-libre-Histoire_La-mort-d-un-salarie-coute-3-750-euros

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
<br /> Je viens de recevoir un recommandé m'informant de leur pourvoi en cassation<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Je n'ai pas connu votre fils, mais vous nous faites honneur de vous batte contre tous ceux qui comme Pépy (SNCF) qui ne "communiquent pas" suite à l'accident d'un<br /> "simple technicien" brulé par un caténaire.<br /> <br /> Qu'ils mettent la vie d'un homme à trois fois rien. Qu'ils bousillent une famille n'a pas de prix pour accoyer qui AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS remet une médaille au responsable de la mort de<br /> Julien.<br /> <br /> Pour moi votre combat est non seulement légitime mais en plus nécessaire pour nous déliver de ces truand qui déshonnorent nos anciens et nos petiots !<br /> <br /> Dire que accoyer est un salaud comme étaient des salauds tous ceux qui en 39 45 ont trahi me vaudra peut être des emmerdes, mais au moins j'aurais gardé mon honneur d'homme.<br /> <br /> Quant à franck julien, je lui demande rien. Il n'y a rien à obtenir d'un mange merde !<br /> <br /> NB : Le manque de majuscules et le ton violent ne sont pas accidentels... EUX !!!<br /> <br /> <br /> <br />