La "mission" de Christine Boutin : personne ne sait à quoi elle sert... Mais elle coûte cher !

Publié le par Carland

Chère, très chère mission sur la mondialisation ! En plus des 9 500 euros de rémunération de Christine Boutin révélés mercredi par le Canard Enchaîné, de la voiture de fonction avec chauffeur et des bureaux dans le XVe arrondissement de , le site de La Charente Libre révèle que quatre collaborateurs de l'ancienne députée sont rattachés à cette mission pour une somme approchant au total les 22 000 euros par mois.

Trois collaborateurs sont d'ores et déjà rémunérés à hauteur de 6 000, 5 000 et 4 700 euros par mois dans le cadre de cette mission, un quatrième sera embauché à partir de juillet avec un salaire de 6 000 euros nets, a ajouté l'entourage de Mme Boutin.

«Tout ça, c'est en application de la loi»

Hier, l'ancienne ministre du (2007-2009) du gouvernement Fillon a défendu la mission sur les «conséquences sociales» de la mondialisation que lui a confiée l'Elysée, se défendant qu'il s'agisse du prix de sa discrétion, comme le laissait entendre l'hebdomadaire. Elle a par ailleurs écarté l'hypothèse de démissionner.

«Tout ça, c'est en application de la loi. Je n'ai pas demandé ce salaire. Il a été fixé par le secrétariat général du gouvernement. Si les textes ne sont pas bons, il faut les changer», a ajouté Christine Boutin selon laquelle son salaire est justifié parce qu'il s'agit «d'une mission très importante», «avec des rendez-vous au plus haut niveau» et l'objectif de dresser une liste de propositions dans le cadre de la présidence française du G20 (novembre 2010-novembre 2011).

18 000 euros par mois

Cette rémunération s'ajoute à son indemnité de conseillère générale des Yvelines (environ 2 600 euros bruts par mois) et sa retraite de parlementaire (1986-2010, environ 6 000 euros par mois), comme l'a révélé un peu plus tôt LeMonde.fr, pour un total de près de 18 000 euros par mois.

Alors que l'opposition crie au «petit arrangement entre amis», comme le PS, ou à la «République bananière», comme Noël Mamère, le camp politique de Christine Boutin a pris sa défénse. Ainsi, Luc Chatel, le porte-parole du gouvernement a justifié rémunération et salaire. Ce jeudi matin, sur RTL, c'est Nadine Morano, la secrétaire d'Etat à la famille, qui a estimé «qu'elle n'est pas dans l'illégalité, ça me suffit». Et de dénoncer «la course au populisme».

De son côté, la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, a proposé jeudi que soit publiée la liste des personnalités ayant reçu une mission du gouvernement, et les modalités financières de ces missions.

Source : http://www.leparisien.fr/politique/mission-boutin-quatre-collaborateurs-remuneres-pres-de-22-000-euros-10-06-2010-958497.php?xtor=EREC-109

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article