La burqa : la dérive "totalisante" d’une loi d’interdiction et 5 raisons pour refuser cette loi

Publié le par Carland

Publié sur Bellacio.org/fr  par La Louve 

L’acharnement forcené de certain-e-s, y compris parmi les communistes, à aller dans le sens du gouvernement au sujet de la "burqa" commence VRAIMENT à me "courir sur le haricot".

Sans même rentrer dans le débat "Est-ce ou non raciste de soutenir un projet de loi avec des personnalités politiques manifestement xénophobes?", si on voulait démontrer chaque jour davantage la faiblesse théorique et analytique qui sévit dans le mouvement dit communiste de nos jours, on ne s’y prendrait pas mieux !

C’est l’exemple type du vrai-faux combat, ou plutôt, de la fausse-bonne idée.

C’est le combat "émancipateur" Canada-dry. Ça ressemble à un combat émancipateur, ça en a la couleur, le goût, mais c’est exactement l’inverse.

Plusieurs remarques qui me sont venues à la longue de ce "débat" sur la "burqa" :

D’abord "arrêtons de parler à la place de ces femmes", peut être, non?

Quelles NORMES vont dire, peuvent dire, ce que c’est qu’être UNE FEMME?

(Une épouse? une mère?une maîtresse? une concubine? une salariée? etc)

Vous n’en avez pas un peu ras-le -bol des comportements sexués ultra-normés?

Des diktats comportementaux?

Sommes-nous névrosés et aliénés à ce point?

Qui, avec quelle légitimité, et sur quel fondement, a le droit de me dire, à moi, femme, que si je ne veux pas montrer mon visage, mes cheveux, mon corps etc... je "ME NIE"?

Allons plus loin...

Si je ne veux pas devenir blonde, mince, musclée, au nez Bardotesque ou Kellyesque, aux dents blanches et aux yeux bleus (donc correspondre au stéréotype majoritairement "wasp" et américain qui hante l’imaginaire de plus en plus de malheureuses) suis-je ENCORE une femme?

Tiens une autre, si je ne veux pas avoir d’enfant, me "Nié-je moi même en tant que femme"?

Si je suis une femme issue d’un processus de transsexualisme suis une négation de femme? ...

Qu’on se pose de telles questions dans le cadre d’un débat, bien-sûr - mais qu’on veuille m’imposer par une loi ce qu’est, pour cette société, la norme de ce que doit être une femme, JAMAIS !

Mais enfin où va s’arrêter ce grand délire (qui suscitera en réaction de plus en plus de comportements de type "burqa-cagoule")?

La dernière fois qu’on a eu un tel truc de cet ordre physique, c’était Vichy et le statut des juifs, qu’on pouvait reconnaître physiquement (je vous le rappelle car certaine-s ont manifestement oublié) par leurs oreilles décollées, leur long nez, leur lippe pendante et leurs doigts crochus.

Non, franchement, ce premier type d’argument n’est PAS recevable.

Ensuite, j’avoue que je ne comprends vraiment pas pourquoi faire une telle fixation sur le fait de voir ou pas le visage de l’autre (autre argument avancé , la trouvaille de Copé et Fillon : "Ca me gêne de parler à une femme dont je ne vois pas le visage").

Ça me semble dénoter vraiment une conception de la communication très très restrictive-

Et pour aller jusqu’au bout de ma dénonciation, j’ai envie de demander à ces messieurs s’ils ne prennent jamais leurs épouses ou leurs maîtresses "par derrière" pendant l’acte d’amour? Ce qui en terme de "voir le visage" se pose là mais qui, bizarrement, là, ne dérange plus ces mêmes hommes bien pensants...(Jouir d’une femme sans voir son visage pendant toute la durée de l’acte, ça dérange ou pas? ).

Et les aveugles alors ? Qui par définition ne voient le visage de personne? Comment ils fonctionnent? Ils se coupent de toute communication?

Et à la radio, on voit le visage des intervenants? En a-t-on vraiment besoin? Non !

Et quand on téléphone ! On voit l’autre?

Finalement, le ou la voir avec les nouveaux moyens comme le vidéo chat, Skype etc - c’est sympathique ok, mais au fond, ça change quoi? (à part que tu ne peux plus te mettre les doigts dans le nez en téléphonant? ;) LOL)

On est en plein dans la société du "visuel-totalitaire" - du voir et du être vu. Ça ne m’ennuie pas à la rigueur dans certaines conditions, sauf si ça devient une norme imposée (ce qui est le cas) avec son "petit" côté totalitaire -les caméras de surveillance par exemple qui pour moi relèvent de la même maladie mentale que la fixation sur la burqa.

C’est ça que nous imposent aussi les pouvoirs publics de cette façon et moi ça ne me va pas. Et pourtant je n’ai pas de burqa et pourtant je ne suis pas religieuse.

Les raisons liées à la sécurité soi disant?

"Bidon" aussi !

Imaginons - mon père est un rabbin hassid, qui comme tous les rabbins ou presque ressemble à un autre rabbin à s’y méprendre : grande et grosse barbe , toque haute (schtreimel) , peyot ( "papillotes") lunettes, redingote longue etc. Il vient me chercher à l’école primaire disons.

Croyez-vous vraiment que si le lendemain il se pointe sans peyot sans chapeau sans barbe et sans lunettes, on va le reconnaître? Je vous fiche mon billet qu’il n’y a pas une chance.

De même que J. Mesrine arrivait à s’introduire grimé dans des commissariats alors qu’il était en cavale. Sans burqa.

Jusqu’où va-t-on accepter d’aller, là, avec ces délires de sécurité, d’identification ou plutôt "d’identificabilité"?

Ensuite, si le problème est une opposition à la burqa pour des raisons liées soi disant à la laïcité, là encore, la discussion devrait être un peu plus longue - et un peu plus honnête !

Moi je pense que contrairement à ce qu’on nous raconte, nous ne sommes pas dans un état laïque quand le Président de la république, premier magistrat de France, est aussi Chanoine de Latran - donc appliquons la règle pour tous à commencer par nos autorités suprêmes non?

- Les droits de la femme, enfin, également invoqués... Vous croyez sérieusement qu’en leur interdisant la burqa vous allez leur rendre service? Celles qui la portent par obligation religieuses, contraintes ou pas par leur famille, elles vont juste rester cloitrées chez elles. Bravo, beau résultat !

Dernière chose : vous croyez que la burqa a été imposée par leurs familles à toutes celles qui la portent? ERREUR - pour beaucoup de femmes,souvent jeunes, c’est un choix individuel, et bien plus politique que religieux...

On ne peut pas résoudre NOS contradictions par le bas. Ça suffit de faire l’économie de débats ,de réflexions, de connaissances, d’ouverture à l’Autre.

Moi je suis farouchement CONTRE une loi sur la burqa ou le niqab ou les peyot ou les calottes ou les cagoules ou que sais je...(et pourtant, je suis communiste,féministe, laïque et libérale !)

ALORS VIVE LA LIBERTÉ (la vraie) ET M.. AUX CURETONS DE LA RÉPUBLIQUE !

La Louve

Source : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article96913

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article