Jeudi noir sommé de quitter un hôtel particulier

Publié le par Carland

Suite au procès intenté par la propriétaire d'un l'hôtel particulier du 17e siècle de 1000 m2, vide depuis 40 ans, Jeudi noir a été sommé de quitter les lieux à compter du lundi 25 janvier, sous peine d'évacuation par la force et du paiement d'une astreinte de 25 000 euros par mois, soit 7 fois plus importante que l'indemnité d'occupation fixée pour chacun des 2 mois d'occupation.

Le NPA assure Jeudi noir de toute sa solidarité à l'issue de ce procès.

Le jugement rendu, le problème du mal logement reste entier, comme la non-application de loi de réquisition des logements vides.

A l'évidence, la loi DALO n'est pas en capacité de répondre à la demande de logement par ceux qui en sont privés ou qui sont victimes du mal logement.

Rien qu'à Paris, 136 000 logements sont vides alors qu'il y a 100 000 demandeurs de logements sociaux e que plus de 150 000 personnes vivent dans des conditions de surpeuplement.

C'est pourquoi, pour le NPA il est urgent d'appliquer la loi de réquisition des logements vides et de lancer un vaste plan de construction de logements sociaux de bonne qualité dans toute l'Ile-de-France.
Il est intolérable que des communes riches préfèrent payer des pénalités plutôt que d'appliquer l'article 55 de la loi SRU.

Le 18 janvier 2010.



Mardi 15 septembre 2009, Olivier Besancenot s'est rendu Impasse de la Bonne Graine pour soutenir les militants et étudiants de Jeudi Noir.



Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article