Israël, Boycott désinvestissement sanction (BDS). Natacha Atlas et Roger Waters rejoignent la campagne BDS (videos)

Publié le par Carland

En savoir plus sur la campagne Boycott Désinvestissement Sanctions. La réponse citoyenne et non vilente à l'impunité d'Israël : http://www.bdsfrance.org/

  

La grande chanteuse Natacha Atlas compose la plupart de ses chansons, mais elle a également repris les classiques du répertoire oriental, de Abdel Halim Hafez à Oum Kalthoum, en passant par Fairuz. Ses origines multiples, égyptiennes, britanniques, marocaines, palestiniennes, musulmanes et juives, rendent son regard particulièrement pertinent sur l'actualité politique de cette région du monde, comme en témoigne sa chanson Leysh Nat' Arak.

Cette année, elle déclare avoir été éblouie par la révolution égyptienne, et elle y contribue à sa manière en publiant, selon ses dires, un appel à "se tenir debout et éveillés, venant de cette terre, où la tête haute, les mots sont pourvoyeurs de vérité". Avec le groupe Bacha Beats elle dédie le titre Egypt: Rise to Freedom au soulèvement du peuple égyptien.

Elle a récemment été contactée pour donner un concert en Israël au mois de décembre prochain. Attachée à la réconciliation entre les peuples, elle avait un temps envisagé d'accepter cette invitation. Mais la réconciliation entre les peuples passe par la justice, le respect du droit international et la cessation des violations des droits humains. La campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre l'Etat d'Israël vise également à une telle réconciliation, mais elle résulte du constat qu'elle ne se fera pas sans pressions individuelles et collectives. La campagne BDS affirme qu'un concert en Israël participe à l'exclusion de ceux qui sont de l'autre côté du mur de la honte, de l'autre côté du blocus de Gaza ou de l'autre côté des camps de réfugiés. Un concert en Israël contribue, d'autre part, à détourner l'attention des crimes et des discriminations de cet Etat, pour lui donner un visage culturel plus présentable.

Natacha Atlas, et on n'en attendait pas moins d'elle, a fait le même constat et elle déclare avoir d'abord envisagé que son concert en Israël puisse servir d'encouragement à l'opposition de ses fans israéliens aux actions et la politique de leur gouvernement. Elle a également envisagé qu'il puisse servir à leur demander, en face à face, de combattre l'apartheid israélien. Mais après mûre réflexion, dit-elle: "Je vois maintenant qu'un acte plus efficace consiste à ne pas aller en Israël, jusqu'à ce que l'apartheid systémique soit aboli une fois pour toutes. C'est pourquoi je retire publiquement ma décision, bien-intentionnée, d'aller me produire en Israël, et j'espère sincèrement que cette décision représente un acte efficace contre ce régime."

En terme d'efficacité, effectivement, ne pas se produire en Israel contribuera mieux à la recherche d'une solution juste, que de s'y produire. Les fans de la chanteuse ne s'y trompent pas, si l'on en juge par les dizaines de messages de félicitations qui affluent depuis hier sur sa page facebook, y compris de la part de fans israéliens. La Campagne BDS France s'associe à de tels message et félicite Natacha Atlas pour cet acte courageux, généreux, éclairé et qui va dans le sens de l'Histoire.

Puissent d'autres artistes en prendre leçon...

 

Source : http://www.bdsfrance.org/index.php?option=com_content&view=article&id=521:natacha-atlas-rejoint-bds&catid=9:evenements-bds-france


Par PACBI, Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israël
Réitérant sa position sur l’occupation israélienne et exprimant son soutien au peuple palestinien dans "sa lutte pour la liberté", la rockstar internationalement connue Roger Waters a annoncé qu’il déplace son concert prévu à Tel Aviv, à un moment où Israël amplifie la répression et l’apartheid pour déposséder les Palestiniens de leur terre, les ghettoïser et procéder, à la fin, à un véritable nettoyage ethnique.
L’ancien membre des Pink Floyd et auteur du morceau intemporel "Une autre brique dans le mur", a annulé son concert de Tel Aviv.
Il tient compte ainsi d’un appel de nombreuses associations culturelles palestiniennes et de ses fans à travers le monde qui craignent qu’une telle prestation, assurée par un artiste respecté et progressiste comme Waters, ne légitime le mur colonial israélien, condamné comme illégal par la Cour Internationale de Justice de La Haye en juillet 2004.
En soutien à la lettre adressée à Waters par les Palestiniens, un groupe de refuzniks israéliens (objecteurs de conscience) lui demande soit d’annuler sa prestation à Tel Aviv, soit de la dédier explicitement à la lutte contre l’occupation militaire israélienne.
Waters a constamment condamné le mur israélien, qu’il accuse d’infliger pauvreté et ravages aux Palestiniens des Territoires Occupés.
Dans le communiqué de presse où il annonce l’annulation de son concert, Waters écrit : "La souffrance endurée par le peuple palestinien depuis quarante ans d’occupation israélienne est inimaginable pour nous qui vivons à l’ouest et je soutiens leur lutte de libération. J’ai fait changer le lieu du concert, qui aura lieu à Wahat al Salam / Neve Shalom en signe de solidarité avec les voix de la raison, Palestiniennes ou Israéliennes, qui cherchent une voie non-violente pour une paix juste."
En annulant le concert de Tel Aviv, Roger Waters confirme son engagement pour la liberté, l’égalité et la paix basées sur la justice. Il nous prouve que sa "boussole" morale est non seulement vivante, mais qu’elle indique également la bonne direction.
Apprenant cette nouvelle, la société civile palestinienne a chaudement salué Roger Waters pour son courage et sa contribution à la chute de tous les murs de l’oppression et de l’assujettissement, le mur israélien de la honte inclus.

BOYCOTTONS ISRAEL !

Source : http://www.pacbi.org

Publié dans Monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article