HPST / Bachelot. Les petites villes ne veulent pas des « décrets couperets » pour leurs blocs opératoires

Publié le par Carland

logo_coordination.gifL’Association des petites villes de France (APVF) a demandé ce mardi à la ministre de la Santé de ne pas signer les décrets d’application qui conduiraient à la fermeture des services de chirurgie de 54 villes.

L’APVF souhaite être reçue par Roselyne Bachelot. Elle a adopté cette position lors d’une réunion avec des maires concernés, dix jours après que l’information a filtré de la parution imminente du décret prévoyant la fermeture des services hospitaliers de chirurgie qui auront effectué moins de 1 500 actes par an entre 2007 et 2009.

Le président de l’APVF, Martin Malvy (PS), s’est étonné : « Comment peut-on accepter qu’avec 1 510 actes un hôpital marche, et qu’avec 1 490 il ne marche plus ? Il n’y a aucune logique et ce seuil n’est pas acceptable. » D’où la résolution de « demander à Madame Bachelot de ne pas signer ces décrets couperets ».

Martin Malvy a également contesté les méthodes de codage des actes qui, selon lui, réduisent le nombre effectif d’interventions réalisées dans les blocs. Le député-maire UMP d’Altkirch (Haut-Rhin), Jean-Luc Reitzer, a donné l’exemple des césariennes ou des coloscopies qui ne sont pas prises en compte par l’administration. Raison pour laquelle le seuil des 1 500 actes « ne correspond pas à la vraie activité d’un bloc opératoire », a-t-il fait valoir.

L’APVF a souhaité que Roselyne Bachelot donne comme instruction aux directeurs des agences de santé (ARS) de rechercher, « systématiquement et partout, la concertation avec les élus et les professionnels de la santé », en prenant en compte les territoires et non les délimitations administratives.

Créée en 1990, l’APVF fédère des villes de 3 000 à 20 000 habitants. Elle compte quelque 1 100 adhérents.

› K. P.

Publié dans Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article