Erdeven. TK Bremen : Robin des Bois a porté plainte

Publié le par Carland

Elle porte sur des « faits de pollution et mise en danger de la vie d’autrui ». L’association de défense de l’environnement dénonce une procédure d’urgence pour démolir le cargo.

Alors que le démantèlement du TK Bremen échoué sur la plage de Kerminihy, près de la ria d’Étel, a débuté ce week-end, Robin des Bois a porté plainte pour « pollution par hydrocarbures » et « mise en danger de la vie d’autrui », en l’occurrence celle des dix-huit marins de l’équipage du cargo maltais. La plainte a été adressée au parquet de Brest, seul compétent pour ces faits.

L’association maintient que le commandant du port de Lorient aurait dû interdire au navire de quitter Lorient le 15 décembre, quelques heures avant la tempête Joachim. La porte-parole de l’association, Charlotte Nithart, s’est référée, hier, lors d’une conférence de presse à Brest, à « l’article 304-11 du Code des ports maritimes ».

« Un procès exemplaire »

Un argument que contestent nombre d’intervenants du transport maritime. La capitainerie de Lorient ne souhaite pas s’exprimer en raison de l’enquête en cours, ouverte par le parquet après l’échouement.

« Affirmer que le commandant est le seul maître à bord après Dieu, c’est se référer à la marine à vapeur, insiste le président de Robin des Bois, Jacky Bonnemains. C’est fini ! Nous voulons un procès exemplaire pour faire avancer le droit maritime. »

Robin des Bois demande à la préfecture du Morbihan et au conseil régional « de renforcer le règlement particulier de police du port de Lorient », signé le 18 novembre. Il « interdit la sortie de navires transportant des hydrocarbures ou des matières dangereuses en vrac lorsque les vents dépassent 33 nœuds (60 km/h) ».

L’association conteste, par ailleurs, la façon dont se déroule le démantèlement du TK Bremen. Elle évoque « une procédure expéditive », « un exemple spectaculaire de la simplification administrative ».

Elle rappelle que le cargo échoué est « un déchet dangereux » contenant nombre de polluants. « La préfecture du Morbihan n’a pas respecté la réglementation française et européenne, affirme le président. Nous maintenons qu’il n’existe pas d’autorisation temporaire d’installation classée pour la protection de l’environnement. » Affirmation battue en brèche par la préfecture qui, contactée hier, produit un « arrêté préfectoral de mesures conservatoires d’urgence », en date du 26 décembre.

Hormis les moyens mécaniques et les protections des travailleurs sur le chantier, Robin des Bois estime que « la démolition du cargo est identique à ce qui se fait en Inde et au Pakistan ».

Yannick GUÉRIN.

Source : http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-TK-Bremen-Robin-des-Bois-a-porte-plainte_6346-2030497-fils-tous_filDMA.Htm

Publié dans Ecologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article