Entremont bradé à Sodiaal. Casse sociale en vue selon les syndicats

Publié le par Carland

Sodiaal a fini par emporter la mise. La coopérative française (Yoplait, Candia) va racheter le groupe fromager Entremont-Alliance du milliardaire Albert Frère, avec la bénédiction gouvernementale.

Le suspense aura duré près d'un an. Mais cette fois, les dés sont jetés. Entremont Alliance, le leader européen de l'emmental, détenu par le milliardaire belge Albert Frère et l'ancienne coopérative laitière Unicopa, va être cédé dans sa totalité au groupe coopératif Sodiaal. L'accord a été conclu hier sous l'égide du Ciri (Comité interministériel de restructuration industrielle) à Paris. Le gouvernement, qui a toujours poussé la solution Sodiaal, semble bien avoir pesé de tout son poids pour faire aboutir l'opération et surtout amener le milliardaire belge à jeter l'éponge. «Le deal a largement été imposé par l'Etat», nous confiait hier une source proche du dossier.

Un chèque de 10M€


Selon le ministère de l'Agriculture, l'accord prévoit que les banques abandonnent 70millions d'euros de créances et souscrivent l'équivalent en obligations remboursables dans les 10 ans. Unifem, du groupe Albert Frère, actionnaire majoritaire d'Entremont souscrit de son côté 15millions d'euros et recevra un chèque de 10millions d'euros. En reprenant Entremont, Sodiaal devient le quatrième opérateur laitier européen avec plus de cinqmilliards de litres de lait collectés. La coopérative laitière, implantée dans le Centre et l'Est, fait donc son entrée en Bretagne. Quelle stratégie va-t-elle y adopter? A-t-elle prévu une restructuration des sites bretons? Va-t-elle convaincre les producteurs d'Entremont et d'Unicopa d'entrer dans son capital? Beaucoup d'interrogations subsistent. Malgré tout les, producteurs de l'Aebea, l'association de défense des éleveurs d'Entremont accueillent la nouvelle avec soulagement. «C'est une bonne solution. Sodiaal va nous apporter une sécurité au niveau des débouchés car elle dispose d'un panel important de produits», estime Erwan Daniel, membre du bureau de l'association.


Manifestation à Quimper


En revanche, du côté des salariés, c'est la colère qui domine. «C'est la pire des solutions. Nos ennuis vont commencer avec Sodiaal. Alors qu'il y avait une solution alternative qui préservait l'emploi, on a choisi la casse sociale», s'insurge Jean-Pierre Trouboul, délégué central CGT d'Entremont. Le syndicaliste fait allusion au contrat commercial signé entre Entremont et un partenaire chinois. Le client asiatique s'engageait à acheter au groupe français 450millions de litres de lait par an pendant 10 ans et à investir 70millions d'euros dans la construction de deux tours de séchage à Carhaix (29) et à Montauban-de-Bretagne (35). La CGT appelle à des actions aujourd'hui à Quimper et Annecy, siège du groupe Entremont. Un rassemblement du personnel est prévu à 14h devant la mairie de Quimper.

Publié dans Social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article