Défense de l'hôpital : 4 heures d'audition pour le maire de Carhaix

Publié le par Carland

Doc3-0003.JPG

Le reportage vidéo de RMN ici

Convoqué hier à la police judiciaire de Brest, au sujet des manifestations pour la défense de l'hôpital de Carhaix, le maire Christian Troadec a été entendu quatre heures durant par les enquêteurs.

«Ça fait chaud au coeur». Il était 10h tapantes, hier, lorsque le maire de Carhaix est apparu devant le commissariat Colbert, à Brest, où l'attendaient une bonne centaine* de sympathisants, portant, en guise de soutien, un simple slogan:«Moi aussi, j'y étais!». Avant de répondre aux questions des enquêteurs de la police judiciaire sur les événements de mai 2008 à Morlaix-manifestations devant la sous-préfecture et à la gare-Christian Troadec a tenu à saluer une à une les personnes venues le soutenir et a pris le temps de poser devant les photographes, en toute décontraction, aux côtés de plusieurs autres élus du Centre-Bretagne, ceints de leurs écharpes tricolores. Parmi eux, les premiers magistrats de Motreff, Berrien, Spézet, Le Moustoir, Trébrivan... «C'est la deuxième fois que je suis entendu, alors que ces faits datent de deux ans», a souligné Christian Troadec, avant de pénétrer dans l'hôtel de police. «Il y a déjà eu 23auditions d'autres personnes. C'est une décision politique. On veut nous faire payer la victoire de 2008 devant le tribunal administratif».

Pique-nique et biniou

Deux syndicats, la CGT et la section Sud Santé Sociaux de l'hôpital, ainsi que le collectif des femmes enceintes avaient appelé à soutenir le maire. Un pique-nique, qui n'avait rien d'improvisé, a meublé la longue attente, animé par des danses et le biniou de Georges Cadoudal. À intervalles réguliers, l'impatience gagnant du terrain, des «Carhaix, résistance» ou «Libérez Christian», ont été scandés à l'intention de la demi-douzaine de policiers bloquant les accès du commissariat. 14h20. Christian Troadec sort. La décontraction affichée dans la matinée s'est émoussée. «Ils m'ont posé beaucoup de questions. Visiblement, ils cherchent à identifier des manifestants. Ce fut long, car j'ai tenu à rappeler le contexte. C'est l'État qui a créé ce désordre avec une décision illégale. C'est toute une population, celle du Centre-Bretagne, qui s'est levée pour refuser une décision injuste. Et nous avons réussi à maintenir une maternité et une unité de chirurgie».

* Le journaliste est modeste : il y avait au moins 200 personnes devant le commisariat ce vendredi.

Source : http://letelegramme.com/ig/generales/regions/finistere/carhaix-quatre-heures-d-audition-pour-le-maire-22-05-2010-925274.php

Publié dans Hôpital de Carhaix

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article