Crédit mutuel Arkéa. Une grève très suivie

Publié le par Carland

Plus de la moitié des agences bretonnes du Crédit mutuel Arkéa étaient fermées hier. Autant dire que le mouvement de grève de 24 h, initié par l'intersyndicale, a été très suivi.

39% des salariés en grève pour la direction, sur l'ensemble du groupe Arkéa (*), 50 % selon les syndicats, hier. Résultat: 48 agences sur 77 aux portes closes, en Finistère et plus de la moitié sur la Bretagne: la grève lancée hier a trouvé un écho auprès du personnel. Dans la cafétéria du siège du groupe Crédit mutuel Arkéa, au Relecq-Kerhuon (29), ils étaient 350 grévistes à l'écoute de l'intersyndicale (CFDT, CGT, FO et Unsa) hier matin. Au micro, Pierre Jubil, délégué CFDT: «Le déclencheur de ce mouvement est la volonté de l'entreprise de créer un système de rémunération variable, lié à la performance commerciale, qui n'existe pas dans notre convention collective. De plus, la direction se propose de l'installer sans passer par la négociation avec les syndicats. Elle présentera la rénovation de notre contrat social, pour avis, en Comité central d'entreprise (CCE) le 22juin prochain». Derrière le discours, perce l'inquiétude de voir la gouvernance en place depuis septembre2008 gommer, au pas de charge, les valeurs sociales historiques de la première banque de Bretagne.

«Une grève d'avertissement»


«C'est une grève d'avertissement. Nous disons à la direction: discutez avec nous, sinon, en septembre, nous irons au clash», indiquent les syndicats. Marie-Antoinette Tanguy, directrice des ressources humaines et de la formation, réfute cette volonté de balayer les valeurs du passé. «J'ai rencontré séparément toutes les organisations syndicales. Toutes les thématiques ont été étudiées. Cela n'a pas de sens de dire que nous allons revenir sur les acquis de la convention collective - tickets repas, RTT, médaille du travail -. Mais il est exact que nous voulons insérer un dispositif de valorisation commerciale de l'entreprise, qui n'existe pas dans le contrat social. Il est très dur pour le salarié de conquérir un client et très facile de le perdre. Cette valorisation se fera en équipe car les commerciaux ne sont pas des personnels

à part et nous nous insurgeons contre un système de commissions».


Le groupe Arkéa (7.700 salariés) comprend le Crédit mutuel de Bretagne (4.800 salariés, dont 2.500 dans le Finistère), le Crédit mutuel du Sud-Ouest et le Crédit mutuel du Massif central.

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article