Chômeurs, retraites : Le bras d'honneur de Sarkozy !

Publié le par Carland

capita-cochonSarkozy qui depuis deux ans fait cadeaux sur cadeaux aux riches vient encore une fois de confirmer que les pauvres peuvent bien crever la gueule ouverte, ce n'est pas son problème. A la fin du sommet social il a prévenu pas d'« allocation d'assistance de plus » pour les chômeurs en fin de droit.

Il ose toujours avec le cynisme qui le caractérise qualifier d'assister des salariés virés pour satisfaire la cupidité de ses amis du CAC40 et du bouclier fiscal.

Quand on voit l'arrogance et la violence des patrons qui se savent soutenus par la clique au pouvoir et ses flics, on se demande pourquoi les directions syndicales continuent de bavasser avec le représentant de nos ennemis a propos d'un autre sujet aussi important et lourd de conséquences : les retraites.

Car l'agité a bien prit soin de le préciser qu'il "discuterait" avec les partenaires sociaux. Jamais il n'a parler de négociations... En clair, c'est plié mais on fait semblant pendant la période des élections de "causer" et dès le mois d'avril on augmente l'âge du départ à la retraite.

 
Pour le PS, Hamon vient de répondre via l 'AFP que "Le PS sera en temps et en heure au rendez-vous de l'unité quand il s'agira de mobiliser contre la remise en cause du système par répartition et contre ce qui, aujourd'hui, permet aux Français d'espérer une retraite décente" à l'invitation du NPA d'organiser une riposte commune aux attaques du Medef.

 

Un PS sur la même ligne que l'UMP, c'est devenu une habitude. Des directions syndicales anesthésiées ou carrément complices... de la machine de guerre anti-sociale de Sarkozy c'est hélas de plus en plus visible...

 

Salariés, chômeurs précaires, jeunes et vieux,

on a le dos au mur.

Qu'ils se méfient, quand on est dos au mur on ne recule plus... on n'a d'autre choix que celui d'avancer et tant pis pour ceux qui n'auront pas su ou voulu défendre leur camp !

Publié dans Social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article