Chez Valéo, six cent suppressions d'emploi pour atteindre une rentabilité du capital de 30%

Publié le par Carland

l y a un an Valéo bénéficiait d’une aide publique, le 24 février 2010, il indiquait avoir connu ses taux de marge les plus élevés depuis cinq ans, et le 11 mars, il  vient d’annoncer  un nouveau plan de suppressions d’emploi

Voilà les résultats financiers annoncés le 24 février 2010 pour le  4ème trimestre 2009.

• Croissance du chiffre d’affaires de 21%
• Taux de marge brute à 17,7% du chiffre d’affaires et taux de marge opérationnelle à 5,5% du chiffre d’affaires, taux les plus élevés enregistrés sur les 5 dernières années
• Résultat net positif de 56 millions d’euros, ce qui ramène le résultat net 2009 part du Groupe à une perte de 153 millions d’euros
• Renforcement au 4ème trimestre de la génération de cash flow libre  positif à 153 millions d’euros
• Baisse de l’endettement financier net de 95 millions d’euros au 4ème trimestre à 722 millions d’euros au 31 décembre 2009

Voir les cocorico de Valéo

 
Voilà les suppressions d’emploi annoncées par Valéo le 11 mars 2010


"Les 600 personnes à l'emploi supprimé seront à peu près la moitié en France et la moitié dans les autres pays européens, peut-être un peu moins de la moitié en France", a précisé le directeur général de Valeo, qui compte un effectif de 52.000 personnes dans le monde, dont 14.000 en France. Les suppressions d’emploi seront, donc  en proportion, plus de trois fois plus importantes en France. Et  plus enl n’est pas exclu de fermer une usine . Entre novembre 2008 et décembre 2009, l'équipementier avait déjà  supprimé 9% de ses effectifs, soit 5.000 postes dont 1.600 en France.

L'objectif de Valeo est de réaliser, d'ici 2013, une des meilleures performances du secteur en terme de retour sur capitaux employés. Avec un chiffre d’affaires de l'ordre de 10 milliards d'euro en 2013 et un taux de marge opérationnelle de 6 à 7 %, le ROCE  du Groupe devrait ainsi être proche de 30 %.

Voir les objectifs avoués de Valéo

Volvo été le premier bénéficiaire du Fonds stratégique d'investissement, qui s’est impliqué dans l'entreprise à hauteur de 19 millions d'euros. Il est  au cœur de la restructuration de la filière des équipementiers et de la sous-traitance automobile.

Les résultats sont là : de l’argent en plus pour les actionnaires et de l’emploi en moins pour les travailleurs.

Source : http://www.npa-auto-critique.org

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article