Brest - Jabil. L'entreprise brestoise d'électronique serait vendue

Publié le par Carland

BREST (29). La direction de Jabil-Circuit Brest, spécialiste en sous-traitance électronique, a convié les syndicats à un comité d'entreprise extraordinaire, à 10h ce matin. Un projet baptisé «rapprochement» est inscrit à l'ordre du jour. De source fiable, le groupe américain céderait l'entreprise. Avec quelles conséquences sur l'emploi pour les 185 salariés? Aucune dans l'immédiat, selon l'article12.24.1 du code du travail, qui oblige le repreneur à conserver le personnel avec les avantages acquis.

2008 : la fin du rêve américain


En 1972, le site avait été ouvert dans la zone de Kergonan par le Suédois Ericsson. Passé Thomson CSF Téléphone en 1980, puis Telic Alcatel, puis Alcatel Business Systems, il compta jusqu'à 930 employés en 2000. Deux ans plus tard, Jabil reprenait les 697 salariés du secteur industriel d'Alcatel. En 2008, en pleine crise de la téléphonie, le «rêve américain» s'écroulait. Cette année-là, 207 salariés étaient licenciés. En mars2009, 102 postes étaient encore supprimés. Depuis la vente de l'usine par Alcatel en 2002, près de 500 personnes ont été licenciées à Brest. Aujourd'hui, Jabil-France, que dirige Renzo Polazel, ne compte plus que 250employés, contre 1.020 en 2008. «Le site de Gallargues (Gard), rattaché en 2009 à celui de Brest, sombre depuis des mois», alertaient, en mars, les syndicats brestois. C'est en 2002 également que Jabil avait racheté à Valeo l'usine de Meung-sur-Loire (Loiret, 450 salariés). Elle vient de la vendre à un fonds d'investissement américain.

Publié dans Social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article