Brest - Homophobie. «Encore des promesses non tenues»

Publié le par Carland

arton2490.jpgPlateforme d'écoute, manifestations culturelles... En 2010, les Brestois d'Ensemble pour l'égalité avaient obtenu des promesses de l'État. Ils craignent aujourd'hui qu'elles n'en restent qu'à ce stade...

«Le vent tourne rapidement du côté du cabinet de la secrétaire d'État à la famille. Le remaniement ministériel est passé par là et on nous apprend aujourd'hui que... tout est à refaire». En ce début d'année, Thibault Fallait, porte-parole d'Ensemble pour l'égalité, ne cache pas son désappointement. L'association, qui milite pour la lutte contre l'homophobie, avait transmis, il y a quatre mois, un rapport à Nadine Morano. Reçus à Paris, les membres du collectif avaient eu le sentiment d'être entendus et étaient persuadés que les choses allaient évoluer.

Retour à la case départ

Aujourd'hui, ils déchantent. Et, à l'heure des bilans, ils tirent la sonnette d'alarme. «Nous n'avons plus aucune nouvelle. De nombreux artistes nationaux et régionaux tels que Tina Arena, Stone, les White niggaz, Halim Corto ou encore notre marraine, Laëtitia Larusso, ont confirmé qu'ils participeraient au festival que nous voulons organiser pour sensibiliser la population... Du côté des institutions, en revanche, c'est le mutisme total. Aucune subvention à l'horizon. Pas plus de nouvelles de la plateforme d'écoute qui était l'une de nos principales demandes, les mails et appels au secours se faisant de plus en plus nombreux via notre site Internet». Et Thibault Fallait de s'insurger: «Comment le cabinet ministériel peut-il tout simplement annuler sa procédure d'aide à l'association après le rapport du Tour de France de l'homophobie? que nous lui avons remis? Nous dressons aujourd'hui un constat chaotique : tous les projets qui laissaient présager le meilleur pour 2011 sont tout simplement annulés. C'est plusieurs mois de travail qui sont anéantis et encore repoussés puisque l'on nous demande, une nouvelle fois, de reconstruire un dossier auprès du cabinet de Mme Bachelot, cette fois au ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale. Quand on voit le temps que nous ont pris toutes les démarches effectuées en 2009 et 2010, il est impensable de pouvoir mener nos projets à bien cette année. La demande d'aide financière était pourtant risible, par rapport au budget débloqué pour d'autres services qui nous semblent bien moins préoccupants que l'une des principales formes de discrimination en France».

Urgence à agir

Malgré tout, «l'association ne baissera pas les bras», affirme Thibault. D'ici deux mois, elle ouvrira un nouveau site Internet, plus complet, plus interactif... et autofinancé. Le «Tour de France de l'homophobie» y sera publié, avec l'accord des personnes ayant témoigné. «Une façon de plus de démontrer l'urgence à laquelle le gouvernement refuse de répondre». De plus, l'association continue à travailler en étroite collaboration avec Sony music et Sexion d'assaut. «Cette affaire ayant déjà fait couler beaucoup d'encre, le temps est à l'action, souligne Thibault. Àsuivre lors de leur prochain album...».

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article