AP - HP : Communiqué de FO à propos du "rapport" de la CRC

Publié le par Carland

Communiqué du syndicat Force Ouvrière de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris

FO AP-HP s’insurge contre la campagne de presse organisée contre les personnels de l’AP-HP par médias interposés suite au rapport de la Chambre Régionale des Comptes (CRC) qui dénoncent les privilèges exorbitants des personnels médicaux et non médicaux.

Ces affirmations font preuve d’une totale méconnaissance de l’hôpital et de l’organisation des services de soins. Sont-ils venus une seule fois dans nos services pour voir dans quelles conditions travaillent les personnels ?

La question que devraient se poser ceux qui mettent au pilori l’AP-HP et ses personnels :

Pourquoi ce rapport de la Cour régionale des Comptes datant de mi-février est publié avec un tel déchaînement médiatique au lendemain du Conseil d’Administration qui s’est tenu le 27 mars et au moment où les Agences Régionales de Santé (ARS) se mettent en place ?

Quel est le but recherché ? la réponse est donnée, dans la dépêche APM du 31 mars 2010, par la Direction Générale de l’AP-HP qui estime que « les conclusions du rapport de la Cour de la Chambre régionale des comptes (CRC) confortaient le bien-fondé des réformes engagées par l’institution ».

Ce rapport tombe vraiment bien au moment où la Direction Générale est en train d’organiser le démantèlement du Siège, des services généraux et des 37 hôpitaux avec la mise en œuvre des 12 groupes hospitaliers en application du vote du Conseil d’Administration du 3 juillet 2009 présidé par M. Le Guen sur mandat du maire de Paris, B. Delanoé. (34 voix pour, 8 voix contre et 2 abstentions)

FO AP-HP dénonce la méthode employée qui consiste à comparer les établissements entre eux. On organise la baisse des effectifs en province et au nom de l’équité on diminue les effectifs des hôpitaux parisiens. Quand on aura supprimer les postes des hôpitaux parisiens, on imposera aux hôpitaux de province d’en faire autant ….

Cette méthode a un nom : « le nivellement par le bas » et permet à ceux qui veulent démanteler notre système hospitalier de santé de justifier les suppressions d’emplois et les réorganisations qui aboutissent dans les faits à une diminution de l’offre de soins.

Dans tous les hôpitaux de province comme en région parisienne, malgré les difficultés et le manque organisé d’effectifs, les personnels se dévouent chaque jour et même au détriment de leur vie de famille pour prendre en charge les patients et assurer des soins de qualité. La population est à même de juger de la situation, des conditions de travail des personnels et des médecins quand elle rend visite à leurs proches hospitalisés.

Et contrairement à ce qu’ose déclarer le Directeur général de l’AP-HP, les personnels, qu’ils soient médicaux ou non médicaux, n’appellent pas de leurs vœux les 12 groupes hospitaliers.

Au contraire, le 12 mars, les personnels à l’appel des syndicats centraux FO, CGT, CFDT, CFTC, SUD ont fait grève et manifesté pour « l’arrêt immédiat de toutes les restructurations, des fermetures de lits, d’hôpitaux et des suppressions de postes, pour l’annulation du vote du CA du 3 juillet de mise en place des 12 groupes hospitaliers,… »

Après 11 heures de négociation, le Directeur général a annoncé qu’il suspendait le plan stratégique et qu’il ouvrait des « négociations ».

Les organisations syndicales FO, CGT, CFTC et SUD de l’AP-HP ont déclaré lors de la première réunion de négociation, « pour que cette suspension soit effective, les syndicats demandent l’annulation de la décision du CA du 3 juillet de la mise en œuvre des 12 groupes hospitaliers ».

Il s’avère dans les faits qu’il n’y a pas de sus pension du plan stratégique. La Direction générale refuse toujours de négocier dans le cadre du maintien des 37 hôpitaux et continue la mise en place des 12 groupes hospitaliers qui va supprimer 4000 postes.

Lors du CA du 27 mars, FO a proposé un vote demandant l’annulation de la décision adoptée le 3 juillet 2009. Le résultat : 7 voix pour (FO, CGT, SUD), 20 voix contre, 8 abstentions dont la CFDT et 3 représentants médicaux sur les 9 de la Commission Médicale d’Etablissement (CME)

En votant pour la poursuite du démantèlement de l’AP-HP en 12 groupes hospitaliers contre l’existence des 37 hôpitaux, le Conseil d’Administration dont son vice-président J.M. Le Guen et la Direction générale ont pris une lourde responsabilité en ne répondant pas aux attentes des personnels qui demandent l’arrêt de la mise en place des groupes hospitaliers et recréent par là même le chaos et la désorganisation dans tous les services des hôpitaux de l’AP-HP.

Pour sa part, FO AP-HP considère : « Pour que l’existence de l’AP-HP et son unicité soient préservées, il n’y a pas d’autre solution que de maintenir le Siège, les services généraux, les 37 hôpitaux avec toutes leurs fonctions et prérogatives ».

Paris, le 1 avril 2010

Contact presse : www.foaphp.org

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article