Algues vertes. Chacun campe sur ses positions (Video)

Publié le par Carland

Un millier d'écologistes d'un côté et, à 600 mètres de là, un bon millier d'agriculteurs, invités de la dernière heure... Hier à Sainte Anne-La-Palud, à Plonévez-Porzay, les algues vertes ont généré deux rassemblements juxtaposés, sans les heurts redoutés ces derniers jours mais aussi sans dialogue.

En bas, près de la grande plage de Sainte-Anne-La-Palud, à Plonévez-Porzay, les associations environnementales affichaient stands, banderoles et un bon millier de personnes pour dire «Non aux algues vertes». En haut, sur un autre terrain, un bon millier d'agriculteurs et de gens du pays du Porzay (commerçants, artisans, familles), mobilisés plus tardivement, venus, en réponse, dire leur colère d'être toujours pris pour cible quand il est question de la prolifération des algues vertes. Les deux rassemblements, pratiquement équivalents en nombre, avaient de quoi être explosifs et se trouvaient placés sous haute surveillance; même si les organisateurs des deux bords avaient insisté sur le caractère familial des manifestations. Totalement imperméables, les deux groupes n'ont cherché ni contact, ni échange, ni dialogue; comme un simple bras de fer. Vers midi, alors que la dernière marée laissait un aperçu saisissant du phénomène, Jean Hascoet, président de l'association «Baie de Douarnenez environnement», qui organisait la journée du côté des écologistes, constatait : «C'est un clin d'oeil, preuve que le phénomène continue de progresser». 

«Il faut arrêter de jeter des cochonneries...» 

«Le moment est festif et familial, comme on l'avait annoncé», se réjouissait-il en début d'après midi, pendant que les uns faisaient une sieste digestive d'après pique-nique et que les autres profitaient de la musique jouée par une fanfare. Néanmoins, à 15h, lors de l'intervention de Jean-Yves Piriou, scientifique à Ifremer, les drapeaux de certaines formations politiques avaient fleuri. Europe Écologie Bretagne et l'UDB proposaient même, pétition à l'appui, de s'associer à la plainte qu'ils déposeront contre les manquements de l'État auprès de la Commission européenne. À 16h, au moment d'aller se masser sur la plage pour une photo de groupe, on pouvait encore entendre un père résumer le problème à sa petite fille: «On se rassemble pour que les gens comprennent qu'il faut arrêter de jeter des cochonneries dans les rivièressi on veut continuer de pouvoir se baigner dans la mer». 

Source : http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/bretagne/algues-vertes-chacun-campe-sur-ses-positions-video-20-09-2010-1055267.php

Publié dans Ecologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article