A tes 14 ans mon gars...

Publié le par Carland

L’orage
D’une colère, la violence
Qui tombe en silence
Au bout de la rage

Petit parmi les grands
Grand parmi les petits
La pose de celui qui subit
Et l’envie de leur casser les dents

Assis sur un vieux tronc
Tu regarde la rivière
Qui charrie maintenant  et hier
Parfois du mauvais, parfois du bon

Flot de sensations
Entre désespoir et fête
De honte en fierté d’être
Brut de confusion

Entre blessures inguérissables
Envie encore de regarder l’eau passer
Du temps pas compris et qui est passé
Sans guérir l’incicatrisable

A toutes les enfances,
Je tire mon chapeau
A tous ceux qui envoient les rêves à l'échafaud,
Je tire mon ironique révérence.

Carland

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article