Agent Orange - Verdict : Le gouvernement des Etats-Unis responsable...

Publié le par Carland


Pour nous soutenir, signez la pétition ici

Communiqué de presse – Paris - 18/05/2009

Agent Orange - Verdict : Le Tribunal International d’Opinion juge le gouvernement et les industriels des États-Unis responsables et leur demande de mener une commission d’enquête sur cet écocide et ce drame humanitaire.

 

De 1961 à 1971, le gouvernement états-unien a déversé plus de 72 millions de litres d’herbicide contenant de la dioxine sur 10% du territoire Vietnamien. En plus de l’écocide, on estime à plus de 3 millions le nombre de personnes souffrant de maladies, et de malformations. Des dommages n’ont jamais été versés par le gouvernement ni par les industriels américains. Les victimes ont sollicité un tribunal international d’opinion pour faire entendre la justice.

 

Le Tribunal a étudié les preuves et écouté les témoignages de 27 personnes, victimes et spécialistes de la dioxine

Le tribunal formé par l’AIJD (Association Internationale des Juristes Démocrates), composé de 7 juges internationaux (Inde, Etats-Unis, Roumanie, Algérie, Japon, Chili, France), a auditionné pendant 2 jours, le 15 et le 16 mai 2009, des victimes, des veuves de victimes, des témoins et des experts de VAVA (Association Vietnamienne des Victimes de l’Agent Orange) venus spécialement du Vietnam et des Etats-Unis.

Après examen, le Tribunal a fait constater que le gouvernement états-unien et les fabricants étaient conscients de l’aspect dangereux de la DIOXINE contenu dans l’Agent Orange et avaient dissimulé une étude faite en 1965.

Après délibération, le Tribunal a reconnu que :

1. l’usage de la DIOXINE était un crime de guerre, non conforme à la loi internationale d’usage et à la Convention de Hague de 1907. (Hague Convention 23a). Ces violations des usages et lois sont considérées comme crimes de guerre par les Principes VI-b de Nuremberg.

2. l’usage de DIOXINE était un crime contre l’humanité comme défini par les Principes VI-c de Nuremberg, car il a constitué un acte inhumain fait contre une population civile.

3. l’usage des armes illégales dans une guerre illégale a causé la dévastation susmentionnée. Ces crimes ont produit beaucoup de douleur, de souffrance et angoisse à au moins 3 à 4 millions du gens et leur famille. Les effets de ces crimes se ressentiront sur des générations à venir ;

4. le temps est venu pour fournir un remède adéquat aux victimes vietnamiens d’Agent Orange ainsi qu’à leurs familles et à réparer autant que possible l’environnement vietnamien.

 

Le Tribunal a émis les conclusions suivantes :

I. le gouvernement des Etats-Unis est coupable des offenses susmentionnées et détermine que le dommage fait à l’environnement du Vietnam peut être défini comme "écocide" ;

II. les fabricants d’Agent Orange cités à comparaître sont reconnus coupables de complicité avec les offenses susmentionnées ;

III. le gouvernement des Etats-Unis et les fabricants doivent dédommager pleinement les victimes d’Agent Orange et leurs familles, réparer les dégâts causés à l’environnement, et notamment procéder à la décontamination des zones, appelées "hot spots", près des anciennes bases militaires.

Pour remplir ces tâches de compensation et de réparation, le Tribunal recommande l’établissement d’une Commission Agent Orange (The Agent Orange Commission) afin d’évaluer le montant de compensation.

La Commission Agent Orange déterminera aussi le montant nécessaire pour fournir les aides médicales spécialisées, la réhabilitation et les autres services thérapeutiques aux victimes et leurs familles.

La Commission Agent Orange évaluera aussi l es dépenses des études nécessaires des zones contaminées et les dépenses pour la réparation future de l’environnement.

La Commission Agent Orange déterminera aussi le montant à payer à l’État du Vietnam afin de lui dédommager de ses dépenses personnelle s pour l’aide des victimes et la réparation de l’environnement.

Le Tribunal prie le gouvernement de la République Socialiste du Vietnam de constituer une Commission similaire sur l’Agent Orange avec des personnes reconnues dans les champs de la médecine, la science, la technique de l’ingénierie, le droit, l’épidémiologie, l’agriculture, la toxicologie, l’écologie, l’administration publique et de représentants de la société civile. La Commission Agent Orange fera ses recommandations dans un délai d’un an après sa constitution.

Une fois que la commission Agent Orange aurait établi les montants requis, ceux-ci seront payés par le gouvernement des Etats-Unis et les fabricants à un fonds en « fidéicommis » créé notamment pour les victimes actuelles et futures et leurs familles, et réparation de l’environnement. Le montant de $1.52 billions (1,13 milliards d’euros) payés par année par le gouvernement des Etats-Unis aux vétérans états-uniens de la guerre du Vietnam, victimes de l’Agent Orange, peut être utilisé comme un guide pour le calcul des dédommagements par la Commission Agent Orange.

 

Le rapport complet du Tribunal avec le sommaire exécutif sera déposé auprès du gouvernement vietnamien dans un délai de 4 semaines et sera publié dans son intégralité et diffusé dans la communauté internationale.

Contact presse : media@vietnam-dioxine.org / Kim VO DINH – 06 84 01 83 05

Hong Anh Khoa NGUYEN – 06 88 25 40 95

Site web : http://www.vietnam-dioxine.org

 

Des photos et vidéos du procès sont disponibles. Il est possible d’avoir des interviews complémentaires de William Bourdon, des juges et de l’association des victimes.

Composition du tribunal :

Le tribunal a été formé par l’AIJD (Association Internationale des Juristes Démocrates) dans le but de soutenir les victimes de l’agent orange et de déterminer objectivement les réparations auxquelles elles ont droit de la part du gouvernement états-unien. Ce tribunal était présidé par le Président de l’AIJD, Jitendra Sharma, avocat à la Cour Suprême de l’Inde, il a réuni six autres juges venus du monde entier pour l’occasion : Mmes Marjorie Cohn, professeur de Droit International (Etats-Unis), Claudia Morcom, magistrat honoraire (Etats-Unis), Adda Bekkouche, ancien magistrat, docteur et enseignant de droit international (Algérie), Gavril Iosif Chiuzbaian, Président de l’Union des Juristes de Roumanie, ancien Ministre de la Justice (Roumanie), Shoji Umeida (Japon), Juan Guzman, magistrat (Chili), auxquels s’ajoutent les avocats des plaignants : Jeanne Mirer (Etats-Unis) et Roland Weyl (France). Des témoin-experts de renommée dont William Bourdon, se sont exprimé.

L’agent orange : un drame oublié

Pendant dix ans, de 1961 à 1971, pour empêcher que la forêt et le maquis dissimulent les caches et les déplacements de l’adversaire, détruire les récoltes et inciter les paysans à fuir les campagnes, l’aviation américaine a déversé 72 millions de litres d’herbicides sur une superficie totale de, près de 2 millions d’hectares de forêts et de rizières.

Ces herbicides comportaient 41.635.000 litres d’ « agent orange », contenant de la dioxine, un poison un million de fois plus toxique que le plus puissant poison naturel connu à l’époque ; et dont la nocivité est telle que, durant la seconde guerre mondiale, Roosevelt avait interdit à l’armée américaine de s’en servir, et que, en août 1970, le sénateur Nelson déclarait au Congrès : « Il n’est pas impossible que notre pays ait déclenché une bombe à retardement qui retentira sur les populations avec des incidences qui ne pourront être évaluées que dans un futur lointain.»

Très stable, la dioxine tend à rester dans l’environnement. Les concentrations sont extrêmement importantes dans les sols, les sédiments ainsi que dans les graisses animales, contaminant ainsi la chaîne alimentaire. Dix-sept ans après l’arrêt des largages de défoliants, elles se retrouvent toujours dans les fruits et les légumes cultivés dans les sols contaminés durant le conflit.

Le « Rapport Stellman » estime à 4 800 000 le nombre de victimes potentielles ou silencieuses, sans compter les victimes empoisonnées ultérieurement par la chaîne alimentaire. Les victimes passées, présentes et à venir se comptent donc par millions. Il est indéniable que les familles de victimes de l’agent orange présentent un nombre anormal de naissances d’enfants morts-nés, atteints de malformations et de difformités monstrueuses, et que les 2è et 3è générations ne sont pas épargnées. Même des gens apparemment indemnes souffrent de dermatoses, de troubles hépatiques, d’atteintes de l’appareil urogénital, de troubles neurologiques et de troubles psychiatriques.

Enfin, l’agent orange c’est un terrible bilan écologique : empoisonnement de 43% des régions cultivées, destruction de 60 % des plantations d’hévéas et de 36% des forêts de palétuviers qu’il faudra plus de cent ans pour reconstituer, pollution massive des eaux et empoisonnement de l’ensemble de la chaîne alimentaire pour de nombreuses décennies. Enfin, 6.250 km² du Sud du Vietnam restent toujours impropres à la culture.


Les plus grandes entreprises chimiques américaines cités à comparaitre par le Tribunal

Monsato, Dow Chemical, Pharmacia Corp, Hercules Inc, Occidental Chemical Corp, Ultramar Diamond Shamrock Corp, Maxus Energy, Thomas Hayward Chemical Company, Harcros Chemical Inc, Uniroyal Chemical Inc, sont citées à comparaitre pour avoir fabriqué l’Agent Orange dont elles savaient pertinemment qu’il contenait de la dioxine en grandes proportions ce qui aurait des conséquences sur la santé du peuple Vietnamien, ainsi que sur la nature et l’écologie du Vietnam pour des décennies. De plus, ces compagnies ont continué à éluder leur responsabilité dans la fourniture de ces produits chimiques au gouvernement américain et ont refusé de reconnaître leur participation importante aux faits et d’intervenir en remédiant aux conséquences de leurs actions.

Les associations du Collectif Vietnam Dioxine qui soutiennent ce procès  : Ad@ly, Association Républicaine des Anciens Combattants, Comité pour le village de l’amitié Vân Canh, Droit et Solidarité (Membre de l’Association Internationale des Juristes Démocrates), Enfants du Monde - Droits de l’ Homme, Mouvement National de Lutte pour l’ Environnement, Mouvement de la Paix , Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples, Vietnam, les Enfants de la Dioxine , D.E.F.I. Viêt Nam, Union Générale des Vietnamiens de France, Union des Jeunes Vietnamiens de France, Union des Etudiants Vietnamiens de France, Americans Against the War, Aide au Vietnam, LE MI-DIT, Santé Sans Frontière, Collectif Santé Sans Frontière Martigues.

Source : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article86007

Publié dans Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article