Quand les services publics deviennent des sévices au public

Publié le par Carland

Les conséquences prévisibles et destructrices de la privatisation de EDF et GDF se voient chaque jours un peu plus.

La création d'ERDF et GRDF avait comme objectif de séparer les activités dites rentables du « boulet » que constitue pour les actionnaires rentiers d'EDF et GDF l'entretien des lignes. Activité pourtant vitale dans le cadre d'un service public de qualité. Superflues aux yeux des financiers qui préfèrent laisser le soin aux contribuables de payer à leur place.

Les actionnaires d'EDF et Suez GDF se frottent les mains et savent récompenser leurs hommes de mains 900 000 euros pour Gadonneix (EDF) et la bagatelle de 3,2 millions d'euros pour Mestrallet (Suez GDF).

Les causes ayant les mêmes effets, les salariés et les usagers d'EDF et GDF n'ont pas tardés à ressentir les conséquences de la course aux profits qui s'est engagée.

Les salariés voient leurs conditions de travail se dégrader, les fermetures de sites se multiplier, l'externalisation des métiers devient la règle. Savez vous que les relevés de compteurs ne sont plus réalisés par des agents EDF, mais par des sous traitants.

Pour les usagers c'est la double peine : d'abord, il leur faut engraisser les actionnaires parasites (pléonasme) par les hausses en cascade des tarifs mais aussi par la facturation toujours plus élevée des services indispensables (branchement de compteurs, etc ...).Ensuite financer par l'impôt l'entretien des lignes et des réseaux qui ne sont plus assumés par EDF GDF. Lors de la tempête de l'hiver dernier EDF a communiqué sur « son efficacité ». Elle aurait plutôt du parler des agents d'ERDF obligés de bricoler, de bidouiller, de faire dans le provisoire faute de moyens techniques et humains suffisants...

L'action des électriciens et des gaziers qui ont basculés 6000 foyers de la région de Carhaix en heures creuses et offert l'électricité gratuite à l'hôpital est symbolique, mais c'est aussi la démonstration de la nécessité de la convergence des luttes. La défense des services public (éducation, santé, énergie, distribution de l'eau...) est l'affaire de toutes et tous. Les défenseurs de l'hôpital ne s'y sont pas trompés et ont apportés leur entier soutien à cette action.

Depuis 7 semaines ils sont en grève pour obtenir une revalorisation de leurs salaires, l'amélioration de leurs conditions de travail mais aussi pour la défense du service public. Cela dans la plus grande indifférence médiatique. Mais comment pourrait-il en être autrement. EDF et GDF paient assez cher la pub dont ils inondent les télés, la presse quotidienne pour obtenir de leur part le « respect » qu'ils ont acheté.

Les actions comme celle de Carhaix se multiplient partout en France. Vous n'en entendrez pas parler. Par contre qu'une coupure intervienne et c'est le ramdam dans toutes les rédactions sommées d'expliquer la détresse des usagers « pris en otage ». Rhétorique habituelle qui veut que les « CLIENTS » redeviennent des « USAGERS » dès lors qu'il s'agit de stigmatiser un mouvement de grève.

Les usagers : les massacreurs des services publics s'en cognent ! Leur vraie trouille est que les salariés et les usagers s'unissent pour mettre fin au racket de ces requins. Les salariés et les usagers ont le même intérêt. Se débarrasser des financiers qui détricotent les droits des salariés et qui rançonnent les usagers pour augmenter toujours plus leurs profits.

Les diatribes sur les soit disant privilégiés (comme lors des grèves des cheminots) ne visent en fait qu'a empêcher la convergence des luttes. A empêcher la majorité de s'unir pour blackbouler cette infime minorité de capitalistes qui applique une de ses plus vieilles recettes : diviser pour mieux régner.

Salariés du public et du privé, chômeurs, précaires... Nous sommes tous des USAGERS. Nous sommes l'immense majorité, ils sont une poignée... Faisons converger les luttes et

tous ensemble, solidaires abattons le système capitaliste.

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article