Anger : La police charge des manifestants : cinq blessés

Publié le par Carland

La manifestation avait démarré dans le calme. Puis, arrivée au château, une poignée
 de manifestants a tenté de pénétrer dans un bâtiment vide appartenant à la ville.
Les policiers ont aussitôt chargé.Sans aucun ménagement. :


Affrontement brutal, hier, à Angers, alors que des sans-abri tentaient de pénétrer dans un bâtiment vide,

au cours d'une manifestation.
Elle pleure. Myriam file sur le trottoir en sanglotant, tête baissée. Le gaz lacrymogène lui irrite la gorge, mais n'est pas responsable de ses larmes. « Ces gens demandent l'asile, et on leur répond à coups de matraque ! » Elle est choquée, et en tremble encore. Une autre personne laisse éclater sa colère : « Nous sommes de simples citoyens, dit-elle. J'ai vraiment honte ! »

Il est environ 16 h, samedi, à Angers. La manifestation de soutien aux sans-abri, et en particulier aux demandeurs d'asile, vient de prendre fin. Les policiers ont chargé deux rues plus loin, face au château. Une intervention rapide, brutale. Les manifestants, qui peinent à s'en remettre, se sont repliés sur le parvis de l'église Notre-Dame.

3e intervention policière en trois jours

Dans l'affrontement, trois hommes ont été blessés. Une plaie sur le crâne pour l'un. Une brûlure au bras causée par une grenade lacrymogène pour un autre. Et, pour le troisième, des écorchures sur le dos, vraisemblablement dues à des coups de matraque. Plusieurs dizaines d'autres ont été victimes du gaz, et ont reçu les premiers soins sur place. D'après la préfecture, deux policiers ont été blessés.

La manifestation avait pourtant commencé dans le calme, deux heures plus tôt, devant la mairie.

Près de 200 personnes s'étaient jointes au rassemblement à l'initiative des collectifs de soutien aux ex-squatteurs, dont l'évacuation remonte à jeudi. Une quarantaine de demandeurs d'asile, une douzaine de Roms et 5 SDF en avaient été délogés. Et expulsés une seconde fois d'un autre lieu au cours de la nuit suivante.

Protestant contre des solutions de relogement jugées insatisfaisantes, les collectifs avaient donc appelé à manifester hier. « Un toit, c'est un droit, préfecture hors la loi ! » « Justice nulle part, police partout » Au rythme des slogans, les manifestants défilaient dans le centre-ville, surveillés de près par la police.

Arrivée au château, le cortège s'est arrêté au pied d'une maison aux volets fermés, appartenant à la ville. Sous les yeux des policiers, une poignée s'est élancée vers le bâtiment pour tenter d'y pénétrer. Aux premiers coups de pieds dans les portes, les policiers ont chargé.

Coups de matraque, grenade détonante, et bombe lacrymogène vaporisée dans la foule... La réponse disproportionnée des forces de l'ordre a surpris tout le monde, y compris des touristes de passage. Sonnés, mais déterminés, les manifestants ont appelé à un nouveau rassemblement samedi prochain. « N'oublions pas qu'il y a toujours des gens à dormir dehors ! »

Vincent COQUEREAU.

Source : http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-La-police-charge-des-manifestants-cinq-blesses-P-_39382-911415_actu.Htm

D'autres info sur le site du NPA 49 : http://npa49.free.fr/spip.php?article25



Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article