Quimper : grogne effective dans plusieurs secteurs

Publié le par Carland

* Le Télégramme - 23 avril 2009 à 13h02 -

Ce matin, la ville de Quimper a été le cadre de plusieurs mouvements sociaux, avec, entre autres, celui de salariés de la filière automobile. Car, dans ce secteur d'activité, les mauvaises nouvelles s'accumulent.

Vers 10 h 30, environ 200 salariés de la filière automobile se sont rassemblés devant la préfecture de Quimper. Dans le cadre d'une journée nationale d'action, ils entendaient, en effet, protester contre les diverses mesures de chômage partiel effectives au sein de leur entreprise, mais aussi les plans sociaux qui s'annoncent. Parmi eux, il y avait, bien sûr, des représentants de Livbag, le fabricant d'airbags qui emploie 950 salariés à Pont-de-Buis. Car, hier, ils ont appris qu'un comité d'entreprise extraordinaire, programmé lundi, aurait pour ordre du jour "un projet d'adaptation de l'emploi".

A leurs côtés, il y avait aussi environ 70 salariés d'Asteelflash, entreprise douarneniste qui officie dans la sous-traitance électronique. Là aussi, ils ont fait part de leur exaspération, car un nouveau plan social serait en préparation.

France Telecom et les agents des impôts mobilisés

Autre mécontentement : celui des techniciens de France Telecom, qui, ce matin, se sont réunis devant les bureaux de la direction régionale. Ils étaient alors une cinquantaine. Ils sont en grève depuis hier et entendent poursuivre leur mouvement, au minimum, jusqu'à demain. Ils dénoncent les 46 reclassements annoncés sur l'ensemble de la Bretagne.

Enfin, toujours au cours de la matinée, des représentants syndicaux de la CGT, de la CFDT, de FO et du Syndicat unifié des impôts ont perturbé la réunion de présentation s'intéressant à la fusion du Trésor public et des services fiscaux. Ils évoquent une "mascarade", et s'insurgent contre la baisse programmée des effectifs et une formation qu'ils jugent insuffisante.

* Nathalie André

Publié dans Manifestations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article