Lettre ouverte aux « dirigeants syndicaux »

Publié le par Carland

J’ai le regret de vous informer que je ne pourrais pas participer à la prochaine journée de grève générale non reconductible dont au sujet de laquelle vous avez fixé la date au 30 mars suite à la réunion de ce 20 mars pour fixer la date de la manifestation unitaire du … ???

Je ne doute pas de l’importance importante et vitale de vos réunions dont au sujet desquelles je ne pense rien…

Je ne doute pas de votre volonté d’action : Mr Chérèque n’était-il pas à Rennes aujourd’hui pour débattre avec l’éveillé Eric Woerth de la crise. Ce fut d’ailleurs un rude coup pour moi d’apprendre que nous étions victime d’une crise !

C’est ballot : je ne serais pas disponible pour la prochaine manifestation pour de triviales raisons pratiques. Je serais mort la gueule ouverte d’ici là. Ben oui au fait on mange quoi ce soir ?

Avec tous mes regrets et mes plus plates excuses pour oser ainsi abandonner un combat que vous menez avec une rare détermination… A attendre que nous soyons tous bien affamés pour accepter sans broncher le retour à l’esclavagisme !

Ne doutant pas que les prochaines années seront Kapitales pour les mobilisations tri-annuelles.

je reste quant à moi sur ma faim !!!


vous avez aimé... votez

Publié dans Humour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Tout à fait d'accord. Tant d'énergie gaspillée dans une situation où l'injustice et la misère montent en flèche. Lamentable. Je ne sais qu'est-ce qu'attendent les confédérations pour capitaliser cette envie, cette volonté massive de changements fondamentaux qu'attendent les salariés, les retraités, les chomeurs, tout ceux qui constituent l'immense majorité du peuple français. De quoi se poser de grandes questions sur les fondamentaux de transformation sociale qui ont été au principe de la formation des syndicats. Oubliés, reniés ?..
Répondre
C
Totalement d'accord avec toi ! 4 heures de bla bla, juste pour dire qu'ils vont se revoir le 30 mars pour" discuter de la suite du mouvement"(comme ils disent).Pitoyable ! En gros, le message des syndicats, c'est un un grand "allez vous faire f...."aux 3 millions de manifestants et au 78 % de Français qui soutiennent le mouvement. C'est criminel ! Et dire que certains, parmi ces manifestants ont perdu une journée de salaires. Ecoeurant
Répondre
C
<br /> Ils voudraient écoeurer les salariers, ils ne s'y prendraient pas autrement. Quelle énergie gaspillée pour rien !<br /> Il suffisait d'écouter Fillon hier soir pour comprendre qu'il se fout totalement de ce genre de manif.<br /> La seule chose dont ils ont réellement peur : le blocage de cette économie à flux tendu qui coince au bout de 3 jours si plus de transport...<br /> <br /> <br />