Carhaix : Ménard, le député UMP se venge !

Publié le par Carland

Les danseurs entrent dans la cour de la gendarmerie !

Les 23 Carhaisiens convoqués ce lundi sont tous ressortis libres de leur audition par la gendarmerie et par la police judiciaire pour certains. Comme à chaque fois des gavottes ont étés improvisées au son du biniou et de la cornemuse jusque dans la cour de la gendarmerie de Chateaulin.


Ils ont pu enfin connaitre le motif de ces convoquations arrivées neuf mois après les faits : la rancoeur du député UMP Christian Ménard qui avec une profondeur de vue abyssale que l'on peut résumer ainsi : 'la fermeture, c'est moins pire que si c'était plus grave" avait abandonné les Centres Bretons à leur sort !

Le dépité député ne pouvait laisser passer cette double humiliation : considéré à juste titre comme un traitre par la population qu'il a refusé de défendre (on se demande à quoi sert ce genre d'élus ?). Et humilition suprême pour le médecin qu'il est la réouverture des services par le Tribunal Administratif pour des raisons évidentes de sécurité sanitaire. Il a choisi de faire payer aux Carhaisiens sa lâcheté et sa soumissions à Sarkosy.

C'est pourquoi il a décidé de poursuivre les défenseurs de l'hôpital et de leur faire payer le fait d'avoir simplement eu raison de lutter et d'avoir obtenu ce que lui même était bien incapable d'obtenir : le maintien des services !

Ce sont donc à des accusations toutes plus fantaisistes les unes que les autres que se sont trouvés confrontés les Carhaisiens (Un inventaire à la prévert trop long a faire, d'accusations toutes plus saugrenues les unes que les autres). Il ont été acompagnés tout au long de la journée par une cinquantaines de camarades qui se sont relayés devant les différentes gendarmeries pour leur apporter leur soutien et montrer à la face de l'appareil policier et gendarmesque une solidarité que ni les menaces ni les pressions ne parviennent à fléchir. 

Diligentées par les procureurs de Morlaix et Quimper, Les auditions se sont déroulées de 9 heure à 18h30 à la gendarmerie de Carhaix, Chateauneuf, Pleyben, Huelgoat et enfin Chateaulin Quatre d'entre eux ont même été mis en garde à vue. un pendant 4 heure, deux pendant 5 heures et le dernier 8 heures. Personne n'a compris le pourquoi de ces gardes à vue les faits reprochés relevant de la plus grande fantaisie...

C'est encore une fois, la seule et même réponse de la clique Sarkosyste face à ceux osant faire respecter leurs droits et leur dignité qui a été déployée : le harcèlement policier et l'intimidation.

Comme depuis le début de la lutte en 2008 et n'en déplaise a Ménard le petit soldat de l'UMP, nous sommes rentrés comme nous sommes arrivés :

TOUS ENSEMBLE !!!

Publié dans Hôpital de Carhaix

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article